Comment l’Uruguay se prépare à affronter la France et les All Blacks

Par Frankie Deges
(Photo by Ernesto Ryan/World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Lorsque l’Uruguay a battu les Fidji au Kamaishi Memorial Ground par un après-midi chaud et ensoleillé en 2019, il a fallu y voir un hommage digne à celles et ceux qui avaient péri dans le tsunami de 2011 qui avait balayé cette ville.

ADVERTISEMENT

En termes de rugby, le monde entier est resté stupéfait devant l’envie et la fierté de l’équipe uruguayenne, pourtant facilement reléguée au second plan au début de la compétition.

Il est impossible d’imaginer ce qui se serait passé lors du match suivant contre la Géorgie si l’équipe d’Esteban Meneses avait bénéficié d’une période de repos plus longue.

Lors de la Coupe du Monde de Rugby 2023, leurs deux matchs clés sont programmés à une semaine d’intervalle, intercalés entre les deux plus grands matchs de leur histoire.

Si les choses se passent bien contre l’Italie et la Namibie, l’Uruguay se qualifiera rapidement pour l’Australie 2027.

Beaucoup de choses doivent se passer d’ici là, y compris un match de préparation contre la Namibie qui leur permettra de savoir plus précisément où ils en sont.

Meneses entraînera l’Uruguay pour une deuxième Coupe du Monde de Rugby consécutive et achèvera huit saisons à la tête de l’équipe.

ADVERTISEMENT

Son attitude et sa personnalité sympathique ont soudé une équipe qui a confiance en ce qui peut arriver.

L’équipe de 46 joueurs déborde de confiance. Neuf joueurs évoluent à l’étranger, dont le demi de mêlée Santiago Arata qui, après une série de saisons exceptionnelles avec Castres, reçoit des propositions de la plupart des grands clubs français, y compris Toulouse.

Arata sera accompagné du capitaine de l’équipe, Andrés Vilaseca, qui joue actuellement à Vannes, et qui est en passe d’imiter son frère aîné Santiago, capitaine lors de la Coupe du Monde de Rugby 2015, en emmenant l’Uruguay en France.

L’arrivée du rugby professionnel en Uruguay n’a certes pas enrichi les joueurs, mais ça leur a donné un cadre chez eux pour jouer pour Peñarol Rugby, la franchise qui participe depuis 2020 à la compétition régionale devenue continentale.

ADVERTISEMENT

Finaliste en 2020 et 2021, l’équipe a remporté la Superliga Americana de Rugby en 2022 et, cette année, le tout premier titre de Super Rugby Americas.

Ce groupe compte également neuf joueurs engagés dans la récente qualification olympique sud-américaine qui leur a permis de décrocher un billet pour Paris 2024.

Parmi eux, le capitaine Diego Ardao rejoint son jeune frère Manuel, capitaine de Peñarol. Si le premier ne se rendra peut-être pas en France, Manuel sera une menace pour les adversaires grâce à sa capacité de grattage et à sa vision du jeu en troisième-ligne.

La bataille pour les postes de troisième-lignes sera très importante, Manuel Diana étant l’un des meilleurs joueurs du dernier Super Rugby Americas en date, après s’être remis d’une longue blessure.

Santiago Civetta ne sera peut-être pas rétabli à temps. Capitaine de l’équipe, il s’est blessé au talon d’Achille en novembre dernier et n’a disputé qu’une poignée de matchs.

Il manquera Franco Lamanna, suspendu trois ans pour une affaire de dopage en Italie. Insomniaque, il a été contrôlé positif et ne jouera pas sa troisième Coupe du Monde de Rugby.

Son expérience manquera en deuxième-ligne, où Diego Magno espère participer à son troisième tournoi et prolonger une carrière dont la première sélection remonte à 2008.

Magno est l’un des neuf joueurs de l’équipe qui ont participé à la Coupe du Monde de Rugby 2015 en Angleterre, un chiffre qui grimpe à 20 en incluant ceux qui étaient au Japon quatre ans plus tard.

L’Uruguay jouera contre la France à Lille le jeudi 14 septembre, six jours après le match d’ouverture du tournoi entre les Bleus et la Nouvelle-Zélande.

Le deuxième match de Los Teros, contre l’Italie à Nice, le 20 septembre, suscite beaucoup d’espoirs.

Même s’ils n’ont pas encore battu les Azzuri, leur dernier match en 2021 leur a donné suffisamment de matière à réflexion. Il faut dire que les Italiens n’ont cessé de monter en puissance avec l’arrivée de sang neuf grâce à la venue de Kieran Crowley.

La Namibie et l’Uruguay seront plus prudents après leur match de préparation au début du mois d’août en Uruguay. Dans la perspective où Los Teros battraient l’Italie, ce match contre les Namibiens pourrait les qualifier directement pour la prochaine édition du tournoi mondial en Australie.

Et si les All Blacks perdent le match contre la France à Paris, une place en quart de finale pourrait même être en jeu au stade OL de Lyon, le 5 octobre.

Certes, il est acquis que les All Blacks gagneront cette rencontre et que les paris se feront sur la différence de points, mais s’ils n’ont pas encore assuré leur place dans les huit premiers, ils ne pourront peut-être pas laisser leurs joueurs vedettes au repos.

Ce ne sera pas la première fois que la Nouvelle-Zélande affronte l’Uruguay lors d’un test-match. En 1976, Graham Mourie avait emmené un XV néo-zélandais en Argentine, puis avait poursuivi à Montevideo.

Sur un terrain de football, avec des supporters debout sur la ligne de touche, une bagarre géante avait éclaté, captée dans ce qui semble être la seule séquence disponible sur YouTube. Ce jour-là, les All Blacks avaient marqué huit essais sans eréponse.

Depuis, le rugby uruguayen a beaucoup changé. À tel point qu’ils se sont qualifiés en tant qu’Amériques 1 pour ce tournoi et visent une place directe pour l’Australie.

Ils pourraient être un caillou dans la chaussure des All Blacks.

C’est dire à quel point l’Uruguay pourrait être gênant en France.

Avants : Felipe Aliaga, Diego Arbelo, Manuel Ardao, Matías Benítez, Lucas Bianchi, Santiago Civetta, Carlos Deus, Manuel Diana, Eric dos Santos, Ignacio Dotti, Tomás Etcheverry, Emiliano Faccennini, Mathias Franco, Facundo Gattas, Germán Kessler, Manuel Leindekar, Diego Magno, Agustín Morales, Ignacio Péculo, Mateo Perillo, Reinaldo Puissi, Guillermo Pujadas, Juan Manuel Rodríguez, Mateo Sanguinetti

Arrières : Juan manuel Alonso, Ignacio Álvarez, Santiago Álvarez, Baltazar Amaya, Santiago Arata, Felipe Arcos Pérez, Diego Ardao, Bautista Basso, Felipe Etcheverry, Koba Braziones, Felipe Etcheverry, Ignacio Facciolo, Nicolás Freitas, Tomás Inciarte, Gastón Mieres, Agustín Ormaechea, Alfonso Silva, Rodrigo Silva, Juan Manuel Tafernaberry, Andrés Vilaseca, Mateo Viñals, Juan Andrés Zuccarino.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy' Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy'
Search