Calvet : « la défaite ne remet pas en question la force de notre projet »

Par Willy Billiard
ItalievFrance

Après une première période où ils terminent devant, les Bleuets ont subi la loi des Italiens sur leur terrain à Viadana en seconde période avant un sursaut dans les arrêts de jeu qui leur a permis de ne pas repartir complètement groggy (22-18).

ADVERTISEMENT

Ce premier match de préparation au Tournoi des Six Nations 2024 samedi 6 janvier devait offrir de l’expérience à 26 U20 tricolores sélectionnés par Sébastien Calvet. Il s’agissait de travailler dans un premier temps avec des joueurs moins ciblés, avant de poursuivre avec les cadres dans la semaine précédant le Tournoi.

« Il y a une forte probabilité que dans le groupe qui fera le second stage de préparation, il y ait très peu de joueurs qui étaient sur ce stage-là », confirme à RugbyPass Sébastien Calvet.

Premier bilan mitigé

Malgré tout, cette défaite permet de tirer de précieux premiers enseignements pour ce groupe qui n’a que très rarement remporté le Tournoi. La dernière fois c’était en 2018 et il faut remonter à dix ans pour avoir trace du dernier (et seul) grand chelem.

« Toutes les défaites nous déçoivent. Mais après, elles ne remettent pas en question la force de notre projet et nos convictions », insiste Calvet.

« C’est un match où il y a eu plus de 24 ballons rendus ou ballons perdus. On a eu une utilisation du ballon qui a été catastrophique. La déception est due au fait qu’on n’a pas pu poser notre jeu et qu’on ne peut pas évaluer encore notre capacité à être dans l’utilisation.

« On n’a eu que trop peu de situations. Après, il y a eu beaucoup de scories liées à des ballons rendus sur faute individuelle ou des fois – ça, c’est le plus dérangeant – sur des choix qui allaient à l’opposé du sens du jeu, de la logique de jeu.

« Notre déception est sur le fait de pas avoir pu poser notre jeu offensif qui est quand même généralement un élément force des équipes de France Jeunes. Mais l’objectif de ce stage est atteint. Il est de pouvoir évaluer les joueurs et c’est chose faite pour pouvoir voir l’état de d’avancée dans le parcours de chaque joueur pour être utilisé ou pas pendant le Tournoi des Six Nations ou plus tard. »

Les points positifs

« On travaille beaucoup sur l’efficacité au contact, les joueurs ont répondu présent. Sur la défense, on est plutôt globalement satisfait, même si à force de défendre au bout d’un moment tu finis par en prendre ou te mettre à la faute, surtout. On va dire que sur l’efficacité au contact et le plan défensif, on n’est pas inquiet. On est même plutôt dans nos objectifs.

ADVERTISEMENT

« Après, reste encore à performer toujours plus, nous les Latins, sur la discipline et cette utilisation qui a été trop pauvre alors que quand on a réussi un peu à enchaîner trois temps de jeu, on a vu qu’on était capable d’aller scorer. C’est là-dessus que va se porter notre regard.

« Mais l’importance de ce stage à nos yeux, c’est de gonfler l’expérience parce qu’à tout moment, un de ces joueurs-là, qui aura vécu ce match-là, pourra se retrouver à être du voyage en Coupe du monde et de devoir peut-être être sur le terrain et gagner des matchs importants. Pour faire gonfler le l’expérience, on est content. »

Alors que l’Irlande a décroché le nul (28-28) contre une sélection Développement du Leinster pour son match de préparation, les deux équipes qui débuteront ce Tournoi 2024 le 3 février prévoient de dévoiler leur groupe final de préparation aux alentours du 17 janvier.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Gareth Thomas: 'I’ve always thought I was a bit like Dan Carter.' Gareth Thomas: 'I’ve always thought I was a bit like Dan Carter.'
Search