TJ Perenara : « Le haka est un moyen d'expression pour les Maori »

Par Willy Billiard
Les Hurricanes Poua exécutent leur haka. Photo par Hagen Hopkins/Getty Images

Le demi de mêlée des Hurricanes TJ Perenara a fait son grand retour à la compétition la semaine dernière pour la première fois depuis 2022, à la suite d’une longue période d’inactivité due à une blessure au talon d’Achille. Il n’est plus qu’à une sélection de devenir le joueur le plus capé des Hurricanes, devant Julian Savea et ses 153 matchs.

ADVERTISEMENT

La victoire 54-28 contre les Melbourne Rebels le 22 mars – au cours de laquelle il a marqué un essai (55e), le 59e de sa carrière en Super Rugby, juste avant d’être remplacé – a permis aux Hurricanes de conserver la tête du Super Rugby Pacific après cinq journées.

Rencontre
Super Rugby Pacific
Hurricanes
54 - 28
Temps complet
Rebels
Toutes les stats et les données

Pourquoi sa voix compte

A l’occasion de son retour, l’international All Blacks (32 ans, 80 sélections) a été interrogé sur la polémique en cours avec le club liée au haka controversé interprété deux fois de suite par l’équipe féminine, les Hurricanes Poua, et considéré comme des attaques envers la coalition gouvernementale tendance extrême-droite, prompte à remettre en cause des pans entiers des acquis maoris dans le pays.

L’avis de Perenara compte en Nouvelle-Zélande puisqu’il s’est souvent exprimé sur les sujets de société, n’hésitant pas à arborer des lacets arc-en-ciel sur ses chaussures en signe de solidarité après avoir exprimé son soutien à la communauté LGBTQIA+, notamment à la suite des propos anti-homosexuels de l’ancien Wallabies, Israel Folau.

TJ Perenara solidaire des Poua

« Je partage les mêmes opinions que nos filles et ce qui a été dit. Je suis solidaire de nos joueuses et je les soutiens pleinement », a déclaré TJ Perenara à l’occasion d’un échange avec la presse.

« Le haka est un moyen que nous utilisons en tant que Maori pour nous exprimer, que ce soit par la célébration ou par la frustration.

« Beaucoup de personnes qui se sont exprimées sur le haka ne veulent voir qu’un seul côté du haka. Ils disent que je veux tel côté mais que vous ne pouvez pas le faire pour telle raison, et je trouve que ce n’est pas correct.

« Nous utilisons le haka pour nous exprimer, quelle que soit l’émotion que nous ressentons. »

Un message anti-gouvernement

Début mars, les Hurricanes Poua avaient mené un haka à connotation politique avant le match d’ouverture contre les Chiefs de Manawa et qui visait le gouvernement de coalition de la Nouvelle-Zélande. La leader du haka, la pilier Leilani Perese, avait prononcé en maori la phrase « karetao o te Kawana kakiwhero », qui se traduit en anglais par « puppets of this redneck government » (les marionnettes de ce gouvernement de ploucs).

ADVERTISEMENT

Après consultation de Luke Crawford, conseiller culturel auprès de la fédération New Zealand Rugby, de l’Association des joueuses de rugby néo-zélandais et de la direction des Hurricanes, un nouveau haka avait été exécuté la semaine suivante contre Matat? pour s’assurer que les joueuses pourraient quand même s’exprimer.

« La Nouvelle-Zélande se lève ! Voici Hurutearangi. Les gouvernements sont temporaires, le traité perdurera. Poua perdurera », pouvait-on lire dans la traduction du deuxième haka.

« L’équipe a choisi d’adopter une approche très Maori pour la réécriture du haka et, par conséquent, les mots seuls à l’intérieur du haka sont simplement représentatifs d’un ensemble beaucoup plus profond de connaissances, de langage et de pensée Maori qui ne sont pas faciles à déchiffrer sans l’aide de Pukenga Maori [experts] », avait justifié Luke Crawford.

Un haka toujours ambigu

Cependant, les Hurricanes ont ensuite été contraints de clarifier la signification du nouveau haka, car certains l’avaient mal interprété comme une répétition de leurs critiques à l’égard du gouvernement.

« Nous comprenons qu’il puisse y avoir une mauvaise interprétation de certains mots de ce haka, mais l’intention est la suivante : “Aotearoa se mobilise, Hurutearangi (le dieu féminin du vent) est arrivé ; les défis peuvent aller et venir, mais nous allons persévérer », a tenté de déminer Ngatai Walker, l’entraîneur des Poua.

ADVERTISEMENT

Lors de la troisième journée, les Poua n’ont pas performé de haka face aux Blues, mais elles l’ont fait à nouveau vendredi dernier face aux Chiefs Manawa pour la deuxième fois de la saison. Cette fois, les Hurricanes ont déclaré avant le coup d’envoi que ce haka rendait hommage au peuple et à la terre de Manawatu ainsi qu’à la force des femmes.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Diego Ardao: Doctor, guitarist and Uruguay's Olympic talisman Diego Ardao: Doctor, guitarist and Uruguay's Olympic talisman
Search