Rugby Australia : un joueur à plusieurs millions de dollars, mais rien pour le rugby féminin

Par Kim Ekin
Wallaroos Georgina Friedrichs was one of the players who commented publicly on the WAGs send off. (Photo by Brett Hemmings/Getty Images)

L’équipe féminine australienne de rugby à XV a fait front commun dimanche 20 août en publiant sur les réseaux sociaux un communiqué fustigeant l’instance dirigeante du sport.

ADVERTISEMENT

Elle a dénoncé les inégalités entre les investissements et les ressources consacrés aux programmes nationaux féminins et masculins et a déclaré qu’on lui avait menti.

Un porte-parole de Rugby Australia (RA) a répondu aux Wallaroos, affirmant que l’instance dirigeante « prenait des mesures » pour investir dans le rugby féminin, l’Australie accueillant la Coupe du monde féminine en 2029.

« Rugby Australia continuera à impliquer le groupe de joueuses des Wallaroos, par le biais de la RUPA (Rugby Union Players Association), dans toute la planification et les développements concernant l’investissement dans le rugby féminin », a déclaré lundi le communiqué de RA.

« Nous prenons des mesures pour assurer un avenir pleinement professionnel aux Wallaroos et investir plus largement dans le rugby amateur à travers les compétitions nationales et locales – et nous savons que nous avons encore beaucoup à faire.

« Conformément à l’engagement de RA à intégrer les joueuses dans ce processus, RA continuera à rencontrer les représentantes élues de chaque équipe du Super W, la responsable de la RUPA et le groupe de leaders des Wallaroos pour écouter et travailler ensemble, afin d’accompagner nos athlètes féminines et leurs équipes d’entraîneurs et de soutien. »

Un post sur les réseaux sociaux par une représentante des Wallaroos.
ADVERTISEMENT

Parmi les plaintes des Wallaroos, les joueuses ont déclaré que RA leur avait affirmé que la fédération n’avait pas d’argent à consacrer à des contrats de joueuses à temps plein au moment où Rugby Australia recrutait la star de rugby à XIII Joseph-Aukuso Suaalii pour un contrat à plusieurs millions de dollars.

Les joueuses ont ajouté qu’elles attendaient toujours que leur entraîneur, Jay Tregonning, soit engagé à plein temps lui aussi, alors que le sélectionneur des Wallabies, Eddie Jones, disposait de six assistants pour la Coupe du monde du mois prochain.

Les joueuses ont critiqué les conditions de déplacement, déclarant qu’elles avaient récemment voyagé en classe économique vers le Canada pour deux matchs, alors que leurs homologues masculins avaient bénéficié de la classe affaires sur leurs vols long-courriers.

Les Wallaroos ont également été contrariées par les « adieux » à la Coupe du monde de l’équipe masculine, qui s’est envolée pour la France la semaine dernière.

ADVERTISEMENT

La prise de parole du collectif sur les réseaux sociaux aurait été provoquée par une vidéo TikTok qui montrait des joueurs des Wallabies transportés par avion pour leur faire leurs adieux à Sydney.

Le financement consacré au rugby féminin en Australie est nettement inférieur à celui des grandes nations telles que la Nouvelle-Zélande et l’Angleterre, dont les meilleures joueuses sont entièrement professionnelles.

Les Wallaroos ont atteint les quarts de finale de la Coupe du Monde Rugby féminin l’année dernière en Nouvelle-Zélande et se sont qualifiées parmi les six meilleures équipes du monde pour le nouveau tournoi de World Rugby en octobre.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Borthwick's Babes primed to take New Zealand by storm Borthwick's Babes primed to take New Zealand by storm
Search