Rugby Australia baisse la hauteur du plaquage dans le rugby amateur

Par Willy Billiard
AUCKLAND, NEW ZEALAND - NOVEMBER 03: Lisa Neumann of Wales is tackled by Ivania Wong of Australia during the WXV1 match between Australia Wallaroos and Wales at Go Media Stadium Mt Smart on November 03, 2023 in Auckland, New Zealand. (Photo by Dave Rowland/Getty Images)

Rugby Australia (RA) a confirmé ce 1er décembre son intention de mettre en œuvre un nouvel essai visant à abaisser la hauteur légale des plaquages dans le rugby au-dessous du sternum à partir du mois de février.

ADVERTISEMENT

L’essai est essentiellement destiné à réduire le risque de contact tête contre tête et tête contre épaule entre les porteurs de ballon et les plaqueurs. Selon des recherches approfondies menées par World Rugby, le risque de commotion cérébrale est plus de quatre fois supérieur lorsque la tête du plaqueur se trouve au-dessus du sternum du porteur de balle.

Mise en place en février

La nouvelle règle (9.13) stipule que le plaquage dangereux inclut, sans s’y limiter, le plaquage ou la tentative de plaquage d’un adversaire au-dessus de la ligne du sternum.

Il sera demandé aux officiels de match de mettre davantage l’accent sur la règle existante qui empêche le porteur du ballon de « plonger » dans un plaquage et de se placer, et éventuellement de placer le défenseur, dans une position dangereuse pour le contact.

La nouvelle règle ne modifiera pas la capacité d’un joueur attaquant à effectuer un « pick-and-go », où le porteur du ballon commence et continue généralement le corps baissé. Le défenseur sera toujours tenu d’éviter tout contact avec la tête et le cou du porteur du ballon, comme le stipule le Processus pour Contact avec la tête de World Rugby.

L’expérimentation qui va durer deux ans fait suite à l’annonce par Rugby Australia de son soutien à la recherche initiée par World Rugby au niveau mondial en mars dernier, et s’appliquera à tous les échelons du rugby (excepté en Super Rugby) lorsqu’elle sera mise en place en février.

Elle fait suite à plus de six années de recherche qui ont déjà abouti à des essais d’abaissement de la hauteur des plaquages dans des pays tels que la France, l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Irlande, le Pays de Galles et l’Écosse.

En France : 64% de contacts tête contre tête en moins

Les données préliminaires recueillies en Afrique du Sud ont montré une réduction de 30 % des commotions cérébrales, tandis que la France a enregistré une réduction de 64 % des contacts tête contre tête, tout en enregistrant une augmentation de 14 % de la participation par rapport aux niveaux antérieurs au Covid.

Ce changement de règle s’appliquera à toutes les compétitions de niveau inférieur au Super Rugby qui débuteront à partir du 10 février 2024 et jusqu’à la fin de l’année 2025.

ADVERTISEMENT

« Les recherches menées dans le monde entier ont clairement identifié la sécurité comme le problème numéro un qui empêche les supporters et les joueurs potentiels de pratiquer le rugby », estime Phil Waugh, le directeur général de Rugby Australia dans un communiqué.

La sécurité : un frein à la participation

« Il est évidemment impossible d’éliminer tous les risques dans le rugby, mais nous croyons fermement que la sensibilisation à des techniques de plaquage plus sûres et la réduction du risque de contact avec la tête et de commotion cérébrale conduiront à un rugby encore plus sûr. Je suis convaincu que nos joueurs et nos entraîneurs, à tous les niveaux du rugby, continueront à travailler sur des techniques de plaquage sûres et efficaces.

« C’est dans l’intérêt du rugby, mais il y aura peut-être une période d’adaptation pour les joueurs et les officiels de match, et je demande à toutes les parties de faire preuve de patience et de respect dans cette initiative.

« Dans l’essai mené en France, on a constaté une augmentation significative des pénalités au cours de la première année de la période d’essai, suivie d’une baisse substantielle de ces chiffres au cours des deux années qui ont suivi, à mesure que les joueurs et les officiels s’adaptaient aux nouvelles mesures.

« Nous continuerons à veiller à ce que toute décision susceptible d’avoir un impact sur le rugby soit motivée par des recherches et des preuves qui donnent la priorité à la sécurité des joueurs. »

La zone verte : entre le sternum et les hanches

Le directeur général en charge du rugby amateur à Rugby Australia, Michael Procajlo, indique que la décision d’abaisser la hauteur du plaquage a fait l’objet d’une consultation avec les parties prenantes du jeu.

ADVERTISEMENT

« La zone verte englobe le torse du porteur du ballon, du sternum aux hanches – c’est la zone la plus sûre pour le plaquage. Statistiquement, il y a un peu plus de risques lorsque le plaquage se fait en dessous des hanches – c’est pourquoi la zone verte devient orange. Toutefois, le risque le plus élevé est présent lorsque les plaquages se situent au-dessus de la ligne du sternum et qu’il y a un risque plus élevé de contact tête contre tête ou tête contre épaule. »

ADVERTISEMENT

Join free

Japan Rugby League One | Bravelupus v Eagles | Full Match Replay

Big Jim Show | Guinness Six Nations | England v Scotland

Vancouver SVNS - Day 2 - Full Replay

Vancouver SVNS - Day 1 - Full Replay

Life on Tour: 4

Wolfhounds v Clovers | Celtic Challenge 2024 | Full Match Replay

Boks Office | Jesse Kriel reveals the hardest team he had to play at the Rugby World Cup

Big Jim Walks and Talks with Handré Pollard

WHISTLEBLOWERS

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 5 hours ago
Why the world needs a reverse Lions tour

I think there’s a lot of reasons this wouldn’t work, but if we’re just proposing fun things how about a “World Series” held the june/july following a world cup. The teams competing each four years would be: the current world champions The Pacific Islands The British & Irish Lions The World XV Barbarians FC to ensure all teams are fairly evenly matched, the current world champions would name their squad first; then The Pacific Islands would name next, and would be able to select any pacific qualified players not selected by the world champions, including players already “captured” by non-pacific nations who would otherwise have been eligible for selection (eg. Bundee Aki); the Lions would select next; and then The World XV and Barbarians FC would be left to fight over anyone not selected. Some people will point out that 5 teams is too many for a mid-year round robin, particularly as it would be nice to have a final as well; and they would be right! But because we’re just having fun here we’re going to innovate an entirely new format for rugby, where the round robin is played in one stadium over the course of one day, with each game lasting just 40 minutes with no half time or change of ends. The round robin decides the seedings for the knockouts, which are contested by all 5 teams in one stadium over the course of one day, according to the following schedule: Knockout Round 1: seed 5 v seed 4 (contested over 1 half of indetermined length, finishing when one team reaches 7 points) ~ 10 minute break ~ Quarter Final: winner of Round 1 v seed 3 (contested over 1 half of indetermined length, finishing when one team reaches 7 points) ~ 10 minute break ~ Semi Final: winner of Quarter Final v seed 2 (contested over 1 half of indetermined length, finishing when one team reaches 7 points) ~ 10 minute break ~ Final: winner of Semi Final v seed 1 (played as a standard 80 minute rugby match) for the round robin, teams would name a 15 man starting lineup and a 16 man bench. Substitutions during games can only be made for injuries, but any number of substitutions can be made between games. The same rules apply for the finals, except that we return to having a regular 8 man bench, and would allow substitutions as normal during the 80 minute final.

15 Go to comments
FEATURE
FEATURE The White Hole of Calcutta The White Hole of Calcutta
Search