Rugby à Sept : comment les Canadiens se relancent

Par RugbyPass
Le Canadien Cooper Coats pendant la séance d'entraînement avant le HSBC SVNS au Virgin Active Gym Wembley Square le 6 décembre 2023 au Cap, en Afrique du Sud. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Les performances du Canada lors des deux premiers tournois masculins du HSBC SVNS 2024 mettent en évidence la réalité brutale selon laquelle un rien peut faire basculer une équipe dans la victoire ou dans la défaite au plus haut niveau du rugby à sept.

ADVERTISEMENT

À Dubaï, les Canadiens n’ont récolté qu’un point après avoir subi cinq défaites consécutives. Cependant, leurs performances dans l’ensemble étaient bien meilleures que ne le laissent penser les résultats. Et à Cape Town, les 1% qui leur avaient été défavorables ont soudainement tourné en leur faveur.

Une défaite de 26 à 21 contre les puissants All Blacks Sevens s’est transformée en une victoire de 19 à 7 dans le match retour à Cape Town, et contre les Samoa, contre qui ils étaient à nouveau confrontés, il y a eu un renversement de situation de 50 points, avec une défaite de 24 à 0 vengée par une victoire de 33 à 7.

Bien que l’Australie les ait battus lors de leur dernier match de poule à Cape Town, ces victoires ont permis au Canada d’accéder aux quarts de finale de Cup.

Rectifier les erreurs de Dubaï

« C’était une poule assez intéressante à Cape Town, affronter les Samoa et la Nouvelle-Zélande de nouveau à la suite », évoque l’entraîneur Sean White.

« Je pense que le match contre la Nouvelle-Zélande nous a un peu hantés à Dubaï, car nous avions l’avantage pendant la majeure partie du match.

« La Nouvelle-Zélande a capitalisé sur les quelques erreurs que nous avons commises, si bien qu’avoir l’occasion de rectifier le tir la semaine suivante était quelque chose que nous avons apprécié.

« Je ne pense pas que nous ayons particulièrement bien joué contre les Samoa à Dubaï, mais nous avons assez fait de choses correctement à Cape Town pour remporter la victoire.

ADVERTISEMENT

« La beauté du jeu, c’est qu’un rebond du ballon, une possession de plus ici ou là, que ce soit sur un coup d’envoi ou sur une pénalité, toutes ces choses s’accumulent au fil du temps et nous devons juste être au bon endroit au bon moment pour en profiter quand elles se présentent à nous.

« À Dubaï, nous étions dans des matchs à sept points et je pense que nous étions juste un peu en dehors de la cible à quelques moments clés.

« Mais je pense que nous avons eu assez de ces bons moments à Cape Town pour battre des équipes de qualité. »

Mettre en pratique les valeurs fondamentales

Pour Sean White, la résilience fait partie de l’ADN canadien. Ils ont écarté la menace de relégation automatique lors de la dernière édition du HSBC World Rugby Sevens Series en atteignant les demi-finales à Toulouse, alors qu’ils n’avaient même pas approché les quarts de finale lors des neuf tournois précédents.

Le Canada a ensuite conservé son statut d’équipe principale de manière spectaculaire à Londres une semaine plus tard, en battant le Kenya 12-7 lors de la finale du barrage du World Rugby Sevens Series 2024 grâce à un essai d’Alex Russell à la dernière minute.

ADVERTISEMENT

« Je pense que la résilience a toujours été une force pour l’équipe du Canada. Je pense même que lorsque je jouais, c’était déjà ce qui nous différenciait – à quel point nous voulions travailler dur les uns pour les autres », insiste White, qui a représenté son pays en rugby à sept et en rugby à XV.

« Je ne pense pas que cela ait changé maintenant, c’était assez évident lorsque j’ai pris le poste d’entraîneur adjoint (en avril 2022), et c’est quelque chose que nous avons vraiment développé autour de nos valeurs fondamentales.

« Le défi que nous avons lancé aux joueurs cette année est de savoir comment les valeurs fondamentales se manifestent sur le terrain. C’est bien de les avoir écrites et d’y croire, mais comment les mettre en pratique dans ces moments sous pression ?

« Nous étions réduits à 10 joueurs pour le match contre la France (en quart de finale) après deux longues semaines et des blessures (Phil Berna, Jake Thiel et Dave Richard), et pourtant les joueurs ont continué à persévérer.

« Nous avions quelques arrières qui jouaient avants et on a envisagé des des options que nous n’avions jamais travaillé aux entraînements.

« Thomas Isherwood est monté dans la touche, et normalement, nous n’entraînons jamais notre demi de mêlée à monter dans la touche. Mais quand il faut y aller, la volonté du groupe de faire ce qui était nécessaire pour gagner était très évidente. »

Avoir ce qu’il faut pour réussir

Pour la troisième étape du HSBC SVNS 2024 à Perth, les Canadiens ont été placés dans la poule A avec l’Argentine, l’Afrique du Sud et l’Espagne.

Bien que le Canada soit neuvième au classement, Los Pumas Sevens et les Blitzboks sont premiers et deuxièmes après s’être partagé les deux premiers titres.

Un grand défi les attend, mais le Canada aborde le tournoi de Perth avec une grande confiance.

« Je pense que c’est ce qui nous distingue – notre façon de voir les choses. Elle repose moins sur la croyance et l’espoir et davantage sur le fait de savoir que nous avons ce qu’il faut pour rivaliser avec les grands.

« À quelle fréquence nous le ferons cette année, l’avenir nous le dira, mais nous étions très satisfaits des résultats que nous avons obtenus à Cape Town.

« En fin de compte, notre objectif est de terminer dans les huit premiers et, aussi heureux que nous soyons pour le moment, la réalité est que nous sommes neuvièmes et nous ne sommes pas qualifiés, il y a donc encore un long chemin à parcourir. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Leinster 'sitting on a sharp stick' for running of the Bulls Leinster 'sitting on a sharp stick' for running of the Bulls
Search