Qui est Makonnen Amekuedi, la sensation du Sevens allemand ?

Par Jack Zorab
L'Allemand Makonnen Amekuedi plonge pour un essai contre le Kenya lors de la deuxième journée du World Rugby HSBC Sevens Challenger au stade Dante le 19 mai 2024 à Munich, en Allemagne. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Makonnen Amekuedi est le bolide qui manquait depuis longtemps à l’équipe d’Allemagne de rugby à 7. En fait, il est le type de joueur rapide qu’ils n’ont jamais eu auparavant.

ADVERTISEMENT

C’est le joueur insaisissable à une table de poker, le hacker qui vit en dehors du réseau. Dans une équipe dont chaque goutte de sueur est mesurée et dont les capacités techniques ont été soigneusement entraînées, il est un point d’interrogation. Le meilleur point d’interrogation du rugby : que va-t-il encore faire ?

Lors du dernier tournoi HSBC SVNS Challenger à Munich, très peu d’équipes ont pu répondre à cette question, et encore moins l’empêcher de marquer des essais. Ce qu’il a fait à sept reprises, par une multitude de moyens différents : en plongeant sur l’aile, en franchissant au milieu, en passant les bras pour transmettre, et battre ses adversaires grâce à sa vitesse dans l’axe. Il a tout fait.

Amekuedi insiste cependant sur le fait que les choses sont plus ordonnées qu’il n’y paraît. Il joue, dit-il, selon le plan de jeu de l’Allemagne, élaboré par les entraîneurs Clemens von Grumbkow et Pablo Feijoo, ancienne légende espagnole du rugby à 7.

« Je suis un ailier et c’est ce que les ailiers doivent faire. Je pense que j’ai bien fait mon travail », dit-il simplement.

Il serait difficile de décrire son rôle à Munich – seulement sa deuxième compétition internationale de rugby à sept – en des termes plus humbles que cela.

Mais l’humilité est quelque chose que le jeune homme de 21 ans a dû puiser profondément pour arriver là où il est à un si jeune âge.

ADVERTISEMENT

Son parcours a été semé d’embûches. Il s’est mis au rugby relativement tard, à 14 ans, lorsqu’un entraîneur de rugby du SC 1880 Francfort lui a recommandé d’essayer ce sport. Il avait jusque-là pratiqué l’athlétisme, mais s’est converti au rugby après une seule séance d’entraînement.

À 17 ans, il était international allemand des moins de 18 ans. Il a ensuite passé trois ans à l’écart du rugby en raison d’une blessure au ménisque du genou gauche – une période pendant laquelle il est resté tranquille, a travaillé et a beaucoup joué au basket-ball dans la rue.

Pour le travail, il a surtout choisi des emplois dans le secteur des services. Il a même travaillé pour un glacier.

ADVERTISEMENT

En 2022, Samy Füchsel, entraîneur de l’équipe d’Allemagne des moins de 20 ans, l’a encouragé à reprendre le rugby en lui suggérant de se préparer pour le tournoi de rugby européen des moins de 20 ans qui avait lieu cet été-là.

C’est ce qu’il a fait – et bien que l’Allemagne n’ait remporté qu’un seul match, Amekuedi a suffisamment impressionné pour obtenir un billet dans l’équipe senior de rugby à sept. L’essai s’est bien passé et Amekuedi a été invité à rejoindre le programme national de rugby à sept basé à Heidelberg.

Avec en toile de fond les tourelles médiévales et les rues pavées de Heidelberg, Amekuedi s’est rendu compte de ce qu’il lui faudrait faire s’il voulait vraiment exceller au rugby à sept.

Un début difficile

Il se souvient d’un tournoi interne en particulier, son premier.

« J’étais affreux », s’amuse Amekuedi. « Je n’étais pas en forme, je ne connaissais pas assez le rugby et j’ai été très surpris de voir à quel point c’était difficile.

« J’ai été très surpris par la difficulté du jeu. C’est une expérience qui m’a rendu humble et qui m’a motivé. Je savais que j’avais beaucoup de travail à faire avant de pouvoir rêver de jouer des matchs importants.

« Avant d’aller à Heidelberg, je n’étais pas motivé dans la salle de sport, je n’avais pas autant envie d’apprendre que maintenant. Je ne voyais pas le rugby comme quelque chose que je devais apprendre. Je voyais le rugby comme un jeu, mais aujourd’hui, c’est bien plus que cela. La croissance, c’est : plus vous en savez, plus vous avez de questions à poser. »

SUIVEZ LE TOURNOI DE MADRID EN FRANÇAIS SUR RUGBYPASS TV

Après Munich, on peut dire qu’Amekuedi a rattrapé son retard en matière d’éducation rugbystique. Lorsqu’il s’agit d’évaluer ses points forts, il fait preuve d’une grande sérénité.

« Mes courses sont assez bonnes », reconnaît-il. « Je suis assez rapide, je peux contourner la plupart des joueurs. Je peux sauter très haut, ce qui est bon pour les coups d’envoi. »

En effet, les skills d’Amekuedi deviennent évidentes après l’avoir observé pendant quelques minutes, que ce soit lors des renvois ou lorsqu’il s’envole pour marquer des essais. C’est une facette de son rugby qui trouve son origine dans ses années de basket-ball de rue.

« Je ne faisais pas partie des plus grands, mais j’adorais dunker », explique-t-il. « Je sais très bien smasher. La première fois que j’ai sauté pour essayer, je l’ai fait parce que je voulais être sûr de marquer. J’ai vu beaucoup de Sud-Africains le faire et c’est cool, c’est amusant. Alors après ça, je l’ai fait un peu plus souvent. »

Amekuedi cite Cheslin Kolbe comme l’une de ses idoles au rugby, mais il est conscient que ce week-end – avec les États-Unis dans le groupe de l’Allemagne – il sera probablement confronté à une autre star du rugby, et l’un des meilleurs finisseurs du rugby à sept de tous les temps, en la personne de Perry Baker.

Bien qu’excité par cette idée, il ne considère pas le rugby à sept comme un jeu de un contre un et souligne plutôt le travail de ses coéquipiers pour sortir les adversaires de leur poste et créer des espaces.

« Ce sont des équipes [les États-Unis] que l’on regarde à la télévision, c’est donc une grande chance pour tout le monde », estime Amekuedi. « Je vais probablement jouer contre eux, alors je dois analyser leur rugby et voir comment je peux faire de mon mieux contre eux.

« Mais cela dépend de la façon dont nous nous mettons en place, nous pourrions jouer quelques phases ici et là et ensuite nous attaquerons leur point faible. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence si je sois là. »

Une coïncidence, c’est une façon de le dire. Et c’est une façon très judicieuse de le dire, compte tenu de la menace que représente Amekuedi. Car comment se défendre contre une coïncidence ?

En tout cas, personne dans les SVNS Challenger Series de cette année n’a trouvé comment se défendre contre la coïncidence de Makonnen Amekuedi.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Eddie Jones reacts to Japan's heavy defeat to England Eddie Jones reacts to Japan's heavy defeat to England
Search