Quatre futures légendes du Sevens, selon Rob Vickerman

Par RugbyPass
Le Néo-Zélandais Scott Curry attaque contre la défense argentine lors de la deuxième journée de l'Emirates Dubai 7s au Sevens Stadium le 3 décembre 2023 à Dubaï, Émirats arabes unis. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Serevi. Rush. Gollings. Tuwai. Quatre légendes du rugby à sept, méritant d’avoir leur nom en majuscules, qui ont gravé des moments forts dans les mémoires avec des skills à vous donner des frissons, un génie créatif, d’innombrables trophées et une liste de réalisations individuelles et collectives couvrant les 25 dernières années.

ADVERTISEMENT

Avec un nouveau look et une nouvelle ambiance pour la version raccourcie du rugby et les Jeux olympiques à l’horizon, nous avons l’occasion d’établir une nouvelle liste de noms aussi excitante que les villes, les jambes et les stades qui composent le HSBC SVNS 2024. Alors, commençons…

Marcos Moneta, le bankable

Peu de joueurs ont la capacité de créer constamment quelque chose à partir de rien. Marcos Moneta trouve des éclats de lumière dans les rues les plus sombres et les plus lugubres, illuminant les stades avec autant d’électricité que de ténacité.

À l’instar de son entraîneur Santiago Gómez-Cora, beaucoup des moments de Moneta viennent d’un jeu au pied digne de son idole (et qu’il a en tatouage sur le mollet !), Lionel Messi. Cependant, il existe une ligne bien tracée dans le rugby selon laquelle « l’attaque attire l’attention, mais la défense assure la sélection », et c’est pourquoi Moneta se trouve sur une trajectoire accélérée vers le statut d’icône.

Ses efforts en défense dépassent parfois l’entendement. Il suit les joueurs à la trace et les rattrape là où la plupart d’entre eux auraient perdu tout espoir. Il mène et inspire une équipe de Los Pumas Sevens qui est en train de créer quelque chose de très spécial, soutenue par un bronze olympique. Mais cela pourrait ne pas être leur seule couleur de médaille en juillet à Paris.

Darby Lancaster, le local de l’étape

La vitesse et la puissance sont des prérequis pour un joueur de rugby à sept et le jeune Australien Darby Lancaster a déjà montré suffisamment au cours de sa courte carrière en rugby à sept pour inciter des clubs de Super Rugby à lui offrir des contrats, et même pour susciter des ambitions internationales à son encontre.

Même à XV, il pourrait faire partie d’une grande équipe australienne que ce soit sur le circuit mondial ou ailleurs. À tout juste 20 ans, il a inscrit 20 essais en 34 matchs lors de son dernier passage au rugby à sept et, avec le HSBC SVNS 2024 sur le point de démarrer à Perth, il sera une figure centrale d’une équipe qui a la rare opportunité de remporter un événement à domicile.

Scott Curry, à mijoter

Généralement, les contemplations et réflexions sur le statut de légende d’un joueur se font toujours a posteriori. Réaliser ce que l’on a ne peut souvent frapper que lorsqu’on l’a perdu, et cela a été perceptible avec les All Blacks Sevens ces deux dernières années, suite à l’absence de Scott Curry, en congé sabbatique après avoir remporté une médaille d’argent à Tokyo.

Curry était tellement bon lors de son premier passage en rugby à sept qu’il a changé les normes, les attentes et l’application pour les avants. Il a été vraiment une référence pendant de nombreuses années sous le maillot noir.

Débutant de manière impressionnante en 2011, il reste l’un des joueurs les plus en forme, les plus endurants et les plus constants du circuit mondial. Avec le moteur d’un Land Rover, la solidité d’un char d’assaut mais les capacités générales d’une voiture de sport, il est vraiment un grand du rugby à sept.

ADVERTISEMENT

Il ne manque qu’un seul honneur à son armoire à trophées : une médaille d’or olympique. S’il l’obtient, il entrera sans aucun doute dans la catégorie des icônes des joueurs de rugby à sept.

Jordan Conroy, l’Irlandais

Alors que le programme de rugby à 7 a vraiment débuté en 2015 en Irlande, les années qui ont suivi ont été impactées par le confinement, mais son effectif s’est développé de manière brillante, et Jordon Conroy est rapidement devenu un joueur et une personne engageante, séduisante et captivante.

Il joue avec un plaisir indéniable qui nous fait sourire rien qu’en le regardant – il glisse souvent, patine ou fait même un saut périlleux pour célébrer un essai, personnifiant ainsi un jeu aussi divertissant que le sport peut l’être.

Il sait que ce n’est pas que son charisme qui explique pourquoi il est choisi, même s’il possède un niveau de présence et de personnalité digne d’une star de la NFL, ce qui pourrait construire une véritable image de marque.

Si l’Irlande continue d’aspirer à plus de titres et de trophées, il en sera l’une des principales raisons.

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Mick Cleary: 'You could fill a shrink’s notepad with all sorts of theories as to why Eddie Jones is as he is.' Mick Cleary: 'You could fill a shrink’s notepad with all sorts of theories as to why Eddie Jones is as he is.'
Search