Quand les pionnières se souviennent des premiers tournois du circuit

Par Rikki Swannell
Brazil’s Andressa Alves and Luiza Campos after the game against USA on day two of the Emirates Dubai 7s at the Sevens Stadium on 3 December, 2023 in Dubai, United Arab Emirates. Photo credit: Mike Lee - KLC fotos for World Rugby

Demandez à n’importe quelle joueuse du circuit HSBC SVNS 2024 et elle vous parlera de l’hôtel de Dubaï.

ADVERTISEMENT

C’est un endroit somptueux et cossu, le luxe incarné, un cadre qui séduit tout le monde, quel que soit le nombre de fois où l’on a eu la chance d’y séjourner, et que l’on ne considère jamais comme acquis.

Pour les pionnières du circuit mondial de rugby à sept féminin, cet hôtel magnifique représente également le chemin parcouru.

Il y a encore une poignée de joueuses qui ont connu le tournoi inaugural de Dubaï à la fin de l’année 2012.

L’Australienne Sharni Smale (née Williams), la Brésilienne Luiza Campos, l’Américaine Lauren Doyle et la Sud-Africaine Mathrin Simmers ont toutes ouvert la saison 2024 à Dubaï la semaine dernière et représenteront leurs nations respectives encore ce week-end au Cap, tandis que la Néo-Zélandaise Sarah Hirini s’est blessée lors de la première manche. D’autres, comme la Française Chloé Pelle et l’Australienne Charlotte Caslick, ont fait leurs débuts plus tard au cours de cette même saison 2012-2013.

Alors qu’elle quittait Dubaï pour se rendre au Cap pour la deuxième étape de la saison 2024, Lauren Doyle a soudain réalisé qu’elle venait probablement de jouer dans le désert pour la dernière fois. Selon elle, le Emirates Dubai 7s restera toujours le tournoi le plus cher aux yeux des supporters.

« Nous avons commencé par séjourner dans un Premier Inn au milieu du désert. On avait eu une soirée de pré-tournoi à l’hôtel des garçons et on leur disait : “C’est là que vous restez ?”… C’était fou de voir tellement c’était plus beau. Finalement, nous avons déménagé à l’hôtel Marriott où nous sommes maintenant et c’est l’un des changements réels que nous avons vus pour montrer à quel point ils ont valorisé le rugby féminin. »

ADVERTISEMENT

Pour Luiza Campos, le tournoi de 2012 à Dubaï était la première fois qu’elle quittait le Brésil. Selon elle, c’est presque comme si les Series féminines avaient grandi avec la ville.

« Je discutais avec les jeunes de l’équipe qui me disaient à quel point les bâtiments étaient immenses, et je leur ai raconté que la première fois que je suis arrivée ici, il n’y avait rien – pas de canal, qui est maintenant à côté de l’hôtel, il n’y avait pas autant de bâtiments immenses. Les premières joueuses ont vu la ville sortir du sable, les plages être construites et les bâtiments s’élever. »

À l’époque, le tournoi féminin se jouait sur des jours distincts de ceux des hommes et souvent sur le terrain numéro deux. En 2024, il y a équité sur toute la ligne – les hommes et les femmes jouent le même nombre de tournois sur les mêmes sites et pour les mêmes frais de matchs, pour la première fois.

Lauren Doyle évoque l’évolution et la croissance du rugby à sept féminin depuis ses débuts il y a un peu plus de dix ans.

ADVERTISEMENT

« J’ai participé au match pour la 11e place et aujourd’hui, nous essayons toujours de nous battre pour les médailles. La détermination, le courage et l’investissement dont nous avons fait preuve, en particulier dans le groupe actuel de filles, représentent un énorme changement, alors qu’auparavant nous avions quelques joueuses qui entraient et sortaient du groupe », explique-t-elle.

Luiza Campos, célèbre pour ses cheveux multicolores, souvent d’une teinte différente à chaque événement, explique qu’elle a toujours eu un peu « l’esprit rebelle ».

Même si elle est aujourd’hui la joueuse la plus âgée, elle garde cette attitude et espère que les jeunes joueuses sentent qu’elles peuvent s’exprimer à leur tour. Même si le Brésil se bat toujours contre des programmes beaucoup mieux dotés, elle constate des changements considérables par rapport à ses débuts et est fière d’avoir contribué à ouvrir la voie.

« Je suis heureuse d’être encore là et d’aider mon équipe à donner le meilleur d’elle-même. C’est bien de voir les nouvelles joueuses arriver, mais c’est aussi génial de regarder autour de soi et de voir que beaucoup de celles qui ont commencé sont toujours là. J’aimerais que les nouvelles joueuses montrent que nous ne sommes pas seulement rapides et athlétiques, mais que nous avons aussi un très bon rugby. »

Les 12 équipes féminines ont bénéficié d’énormes progrès en termes de ressources au cours de la dernière décennie, ce qui les a aidées à devenir des joueuses de classe mondiale dans l’un des sports les plus difficiles au monde. Mais Lauren Doyle et Luiza Campos s’accordent à dire que le changement le plus important est peut-être celui auquel certaines des anciennes équipes ont dû s’adapter.

Il y a dix ans à peine, aucune des deux joueuses n’aurait pu s’imaginer devant des caméras de télévision, dansant, s’entraînant, célébrant des essais, se prêtant au jeu des interviews ou participant à de grandes séances de promotion, passant du temps devant l’écran vert des studios de World Rugby.

Lauren Doyle, diplômée en marketing, sait à quel point les réseaux sociaux sont importants pour le rugby et affirme qu’ils ont fait des progrès considérables en termes d’intérêt et de couverture médiatique…

« Le virage des réseaux sociaux qui a propulsé le sport en général a été un énorme changement, je ne pense même pas que j’avais Instagram lorsque nous avons commencé la série », se souvient Lauren Doyle. « Bon, le fond vert n’est pas ce que je préfère, et je comprends ses avantages, mais je le laisse aux personnes qui en sont vraiment passionnées ! »

Avec un nouveau cycle de quatre ans sur le point d’atteindre son apogée à Paris, il est probable que de nombreuses anciennes joueuses passeront à autre chose après les Jeux olympiques.

Même si Doyle, Campos et les autres pionnières du rugby à sept féminin disposent de nouveaux sites et de stades plus grands, il y aura toujours une place dans leurs souvenirs pour les jours passés au Premier Inn à Dubaï, lorsqu’elles ont commencé une histoire qui allait devenir plus grande qu’aucune d’entre elles ne l’auraient jamais imaginée.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Eddie Jones turns to university talent in second coming as Japan coach Eddie Jones turns to university talent in second coming as Japan coach
Search