Quand Cockerill inspirait de « la terreur » à Montpellier

Par Willy Billiard
(Photo by Craig Williamson/SNS Group via Getty Images)

Dans un premier temps, Mohed Altrad, le président de Montpellier Hérault Rugby, avait tenu à rester discret sur les raisons – autres que les mauvais résultats du club – qui l’avaient poussé à se séparer du jour au lendemain de son entraîneur, l’Anglais Richard Cockerill.

ADVERTISEMENT

Repéré et embauché par le directeur du rugby du club Philippe Saint-André à l’été 2023, le coach de 53 ans a finalement été limogé moins de cinq mois plus tard, officiellement pour mauvais résultats après six défaites en sept matchs et une place de lanterne rouge du Top 14 alors que la saison se lançait à peine.

Au début, donc, Altrad était évasif. « Ça a complètement foiré avec Cockerill », disait-il alors. « Quand un entraîneur humilie ses joueurs, ça ne marche pas et il faut arrêter. » Il ne développait pas. Mais depuis, les langues se sont déliées.

La « terreur », pas que chez les joueurs

« Richard était extrêmement rigoureux. Mais lorsque la rigueur est proche de l’humiliation, ça ne va pas », justifie aujourd’hui le président dans les colonnes du Midi Libre.

« Quand tu perds le contact avec les joueurs, c’est difficile. Les jeunes n’avaient quasiment pas leur place avec lui. Pas grand-chose ne fonctionnait. Il y avait une forme de terreur que j’ai découverte tardivement.

« La terreur ne s’arrêtait pas aux joueurs. Le reste du staff était concerné. Les préparateurs physiques, la partie médicale, les assistants vidéos… Je comprends qu’ils aient peut-être voulu lui laisser une chance.

« Richard est arrivé début juillet, on gagne le premier match. Les joueurs pensaient qu’il allait se calmer au bout d’un moment, mais non. Par la suite, on a découvert que ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça. À Edimbourg, il s’est notamment fait éjecter à cause de ça. »

Avec Laporte, un discours agrémenté d’une méthode

Remplacé par Bernard Laporte en un week-end de novembre, Richard Cockerill est toujours annoncé du côté de l’équipe nationale de la Géorgie, mais l’officialisation tarde à venir.

En attendant, la sérénité et le plaisir de jouer semblent être revenus à Montpellier. « La chaleur qui régnait dans le vestiaire aujourd’hui (dimanche dernier, ndlr), la relation entre joueurs et entraîneurs, ça fait plaisir », confie Mohed Altrad. « Après seulement quatre matchs du staff actuel, j’ai de bonnes sensations. Il y a quinze jours, on était mourant et là, on revit. »

ADVERTISEMENT

En revanche, si le calme est revenu, pas la pression, ni même le silence. Car si Bernard Laporte, en tant que directeur sportif, n’est plus aussi présent sur le terrain, il arrive régulièrement qu’il débarque dans le vestiaire ou en salle de briefing, fusillant du regard les fautifs et parlant avec fermeté aux autres.

« Déjà, quand il arrive dans la salle, tout le monde la ferme », sourit Marco Tauleigne dans les colonnes de L’Equipe.

« Il ne fait pas de cadeaux mais cible tout le monde de la même façon. Et puis il a à la fois ce côté très dur mais aussi très motivant », abonde Paolo Garbisi.

« C’est direct, franc, les choses sont dites et tu peux repartir au boulot super motivé », explique dans le même reportage le deuxième-ligne Paul Willemse.

ADVERTISEMENT

Laporte semble avoir le discours et la méthode qui vont de pair pour motiver les joueurs. Il semble que Cockerill n’avait que le discours, mais pas la bonne méthode pour le faire passer.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 1 days ago
Why Sam Cane's path to retirement is perfect for him and the All Blacks

> It would be best described as an elegant solution to what was potentially going to be a significant problem for new All Blacks coach Scott Robertson. It is a problem the mad population of New Zealand will have to cope with more and more as All Blacks are able to continue their careers in NZ post RWCs. It will not be a problem for coaches, who are always going to start a campaign with the captain for the next WC in mind. > Cane, despite his warrior spirit, his undoubted commitment to every team he played for and unforgettable heroics against Ireland in last year’s World Cup quarter-final, was never unanimously admired or respected within New Zealand while he was in the role. Neither was McCaw, he was considered far too passive a captain and then out of form until his last world cup where everyone opinions changed, just like they would have if Cane had won the WC. > It was never easy to see where Cane, or even if, he would fit into Robertson’s squad given the new coach will want to be building a new-look team with 2027 in mind. > Cane will win his selections on merit and come the end of the year, he’ll sign off, he hopes, with 100 caps and maybe even, at last, universal public appreciation for what was a special career. No, he won’t. Those returning from Japan have already earned the right to retain their jersey, it’s in their contract. Cane would have been playing against England if he was ready, and found it very hard to keep his place. Perform, and they keep it however. Very easy to see where Cane could have fit, very hard to see how he could have accomplished it choosing this year as his sabbatical instead of 2025, and that’s how it played out (though I assume we now know what when NZR said they were allowing him to move his sabbatical forward and return to NZ next year, they had actually agreed to simply select him for the All Blacks from overseas, without any chance he was going to play in NZ again). With a mammoth season of 15 All Black games they might as well get some value out of his years contract, though even with him being of equal character to Richie, I don’t think they should guarantee him his 100 caps. That’s not what the All Blacks should be about. He absolutely has to play winning football.

5 Go to comments
TRENDING
TRENDING Harlequins confirm the 11 players leaving at the end of the season Harlequins confirm the 11 players leaving at the end of the season
Search