Pourquoi on a tort de ne pas assez s'intéresser au rugby à sept

Par RugbyPass
on day one of the HSBC Sydney Sevens at Allianz Stadium on January 27, 2023. Photo credit: Mike Lee - KLC fotos for World Rugby

Ayant pratiqué le rugby à 7 et à 15, j’ai toujours été convaincu que le rugby à sept était la meilleure façon d’assurer la pérennité de ce sport.

ADVERTISEMENT

Le format plus long que nous connaissons et aimons est un rugby technique, qui exige un grand engagement physique. Il faut également disposer d’un grand nombre de joueurs pour pouvoir jouer correctement. Actuellement, il ne s’agit pas d’un rugby mondial, mais d’un rugby international joué au plus haut niveau, et à tout moment, une douzaine d’équipes sont en compétition.

L’ambition est de faire passer ce nombre à 20 avec le temps, et je crois que ça peut arriver – mais pour que le rugby soit véritablement mondial, il faut qu’il soit compétitif dans plus de 100 pays. Le rugby à XV n’en est pas là actuellement.

La joie du rugby à sept, qui n’est pas un format nouveau – il a commencé à Melrose il y a 140 ans – est que c’est un sport qui permet l’expression et le rythme. Il est également simple à comprendre et n’est qu’à un pas du rugby foulard, un rugby que l’on peut pratiquer dans la cour de récréation.

Il est également rapide et vous donne cette précieuse capacité à trouver de l’espace, à être attentif et à marquer un essai. C’est la forme la plus épanouissante du rugby et c’est pourquoi nous devrions nous y intéresser encore plus.

Pour être clair, il ne s’agit pas de remplacer le rugby à XV, mais il peut s’exprimer sur beaucoup plus de marchés.

J’ai été très impliqué dans les coulisses de HSBC en 2009, en créant le format HSBC SVNS que nous connaissons aujourd’hui. Le rugby à sept offre au rugby la possibilité de se déployer à l’international auprès des garçons et des filles, des hommes et des femmes, dans tous les formats. Avec son intégration olympique depuis 2016, il a donné au rugby une capacité extraordinaire à s’adresser à un public mondial. Ce mini rugby est un moteur de recrutement, de célébration et de fête – comme Dubaï est sur le point de nous le montrer – et, pour moi, toutes ces raisons signifient qu’il doit être apprécié et encouragé.

ADVERTISEMENT

J’ai joué un rôle déterminant dans le financement des Series, en lui donnant vie et en la menant jusqu’à son inscription aux Jeux olympiques, mais je n’ai jamais eu l’impression que le rugby à sept avait été adopté, encouragé et apprécié comme il le devait. Je suis donc ravi que World Rugby et Alan Gilpin aient fait preuve de courage en relançant le tournoi.

Dans le HSBC SVNS, nous verrons une fois de plus que Dubaï et Hongkong sont les moteurs du rugby. Pourquoi ? Parce que ces deux destinations sont si importantes pour leurs communautés locales et qu’elles mettent en lumière de manière si brillante ce qui est possible. D’autres devraient suivre.

Avec huit tournois répartis dans le monde et les Jeux olympiques de Los Angeles en 2028, c’est le moment ou jamais.

Si vous emmenez un enfant à un tournoi de rugby à sept, il l’adorera, le comprendra et passera une journée extraordinaire. C’est un format beaucoup plus facile à expliquer à quelqu’un qui ne connaît pas grand-chose à ce sport. Si vous emmenez quelqu’un qui n’a jamais regardé de rugby à sept, il comprendra.

ADVERTISEMENT

Pour ce qui est de l’avenir, je suis extrêmement optimiste en ce qui concerne le Sevens. J’implore tout le monde de regarder les deux principales destinations des Series : Dubaï et Hongkong. Dubaï organise cette compétition depuis 1970, le modèle de réussite est donc là. Regardez ce qu’ils font.

Le rugby à sept arrive bientôt au Cap, qui a été un succès au fil des ans, et je suis personnellement ravi que Vancouver fasse partie du circuit, avec ses sommets enneigés en toile de fond.

Pour conclure le HSBC SVNS 2024, je dirai que Madrid est une destination surprenante, mais qu’il y a en Espagne un patrimoine rugbystique qui peut être révélé et relancé. C’est une ville magnifique qui accueillera un festival spectaculaire de ce sport.

Tous les chemins mènent à Paris et aux Jeux olympiques de fin juillet, et je pense que ce sera exceptionnel. Il était difficile pour le rugby et le golf de faire leurs débuts à Rio, où ces sports ne sont pas particulièrement dominants, mais la capitale française est absolument le bon endroit. C’est l’un des plus grands marchés du rugby et l’événement sera d’une ampleur épique.

J’ai parlé d’Antoine Dupont à de nombreux joueurs. En tant que totem, il n’a pas eu droit à sa Coupe du Monde de Rugby de rêve à cause des blessures et de la courte défaite contre les Springboks, mais je suis convaincu qu’il contribuera à lever le niveau d’intérêt pour le rugby.

Ce qu’aucun d’entre nous ne sait, c’est comment il s’adaptera aux différentes skills et aux exigences physiques du rugby à sept. Le plus amusant sera de voir s’il peut se transformer assez rapidement pour être compétitif en juillet. Ce sera une histoire parallèle fascinante pour les Jeux.

Je souhaite vraiment que le rugby à sept fonctionne parce que dans un monde moderne caractérisé par des contenus rapides et éphémères, des garçons et des filles qui jouent, l’inclusivité, les fêtes, la musique et tout le reste, c’est absolument la direction que prend le sport. La Coupe du Monde de Rugby est passée, il y a la Coupe du Monde de Rugby féminin en 2025, mais personne ne devrait détourner les yeux du rugby à sept.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy' Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy'
Search