Select Edition

Nord Nord
Sud Sud
Mondial Mondial
Nouvelle Zélande Nouvelle Zélande
France France

Menacé de mort, l'arbitre Tom Foley arrête sa carrière internationale

Par Willy Billiard
Referee, Tom Foley checks a video replay during the Gallagher Premiership Rugby match between Gloucester and Newcastle Falcons at Kingsholm Stadium on April 24, 2021 in Gloucester, England. Sporting stadiums around the UK remain under strict restrictions due to the Coronavirus Pandemic as Government social distancing laws prohibit fans inside venues resulting in games being played behind closed doors. (Photo by Dan Mullan/Getty Images)

L’arbitre Tom Foley a annoncé qu’il abandonnait son rôle d’arbitre de rugby international suite aux agressions en ligne qu’il a subies après la finale de la Coupe du Monde de Rugby.

ADVERTISEMENT

L’Anglais était l’arbitre vidéo (TMO) lors de la victoire 12-11 de l’Afrique du Sud sur les All Blacks à Paris à la fin du mois d’octobre et s’est depuis exprimé sur les menaces de mort qu’il a reçues à la suite de la finale. Ces menaces ont été proférées à l’issue d’un match qui s’est soldé par trois cartons jaunes et le premier carton rouge de l’histoire de la finale de la RWC infligé au capitaine des All Blacks, Sam Cane.

Related

Foley prend sa retraite dans la foulée de l’arbitre de la finale, Wayne Barnes, bien que ce dernier ait mis un terme total à sa carrière. Tom Foley n’officiera plus que dans le Gallagher Premiership.

13 années d’arbitrage et un flot d’insultes

« Après avoir atteint le sommet de l’arbitrage lors de la finale de la Coupe du Monde de rugby, le moment est venu de faire une pause dans le jeu international », a-t-il déclaré.

« Au cours des treize dernières années, j’ai eu la chance d’arbitrer aux côtés de nombreux professionnels dévoués et d’être impliqué dans certains des plus grands matchs du rugby international. Cependant, la pression et l’examen minutieux que j’ai subis après la finale, ainsi qu’un torrent de critiques et d’insultes en ligne, ont contribué à réaffirmer que c’est la bonne décision pour moi à ce stade de ma vie.

« Alors que c’est un privilège de se trouver au cœur de certains des moments les plus emblématiques de ce sport, les niveaux croissants de vitriol, au moment où les exigences et les attentes sont si élevées, m’ont conduit à cette situation.

« Travailler en tant qu’officiel de match international vous éloigne de chez vous pendant de longues périodes, et j’ai hâte de passer plus de temps à la maison avec mes jeunes enfants. Je suis très reconnaissant à ma famille pour le soutien qu’elle m’a apporté tout au long de ma carrière ; sans elle, rien de tout cela n’aurait été possible. »

Bill Sweeney, PDG de la RFU, a commenté : « Je voudrais remercier Tom pour sa contribution exceptionnelle à l’arbitrage international. Tom a arbitré 48 matchs au niveau international et est considéré comme l’un des meilleurs officiels de match vidéo au niveau mondial.

Tom Foley continuera d’arbitrer au niveau national

« Les agressions qu’il a subies depuis la finale de la Coupe du Monde de Rugby, ainsi que d’autres officiels impliqués dans ce jeu, sont totalement inacceptables et personne ne devrait être traité de la sorte, alors qu’il fait son travail pour le sport pour lequel il est si engagé et si passionné.

ADVERTISEMENT

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider à lutter contre les abus visant les officiels de match et les joueurs, et nous invitons tous les acteurs de notre rugby à réfléchir au rôle qu’ils peuvent jouer dans la défense des valeurs du rugby.

« Bien que Tom prenne du recul par rapport à l’arbitrage international, nous sommes heureux qu’il continue à faire partie du groupe des officiels de match du jeu professionnel de la RFU et que le sport continue à bénéficier de sa grande expérience au niveau national. »

Tout ça pour un en-avant

Un article paru fin novembre sur stuff.co.nz revenait sur un fait d’arbitrage jugé peu clair lors de la finale de la Coupe du Monde de Rugby 2023 le 28 octobre entre l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande ;

Stuff écrivait ainsi : « Les All Blacks ont un autre incident à ajouter à leur dossier de “et si” après leur défaite 12-11 contre l’Afrique du Sud en finale de la Coupe du Monde de Rugby.

« Stuff a appris que World Rugby avait reconnu en privé aux All Blacks que le refus de l’essai d’Aaron Smith en finale était en fait contraire aux règles, mais qu’il refusait de l’admettre publiquement (rumeur que World Rugby a publiquement et fermement démenti dans la foulée, ndlr).

ADVERTISEMENT

« L’essai a été annulé lorsque le TMO Tom Foley a repéré un en-avant lors d’une touche, et l’arbitre Wayne Barnes a alors refusé l’essai. Cependant, l’en-avant s’est produit quatre phases de jeu avant l’essai de Smith, alors que le TMO n’a le pouvoir de regarder que deux phases en arrière pour tout en-avant précédant un essai. »

Confession en podcast

Tom Foley s’était ouvert de cette situation alarmante dans le podcast de sa consœur arbitre Sara Cox, Two Locks and a Cox la semaine dernière.

« Il s’agissait de menaces directes », racontait-il. « Contre vous, votre famille et vos enfants. Des choses comme : ‘J’espère que ta famille va mourir dans un épouvantable accident de voiture. Je vais te traquer et te trancher la gorge’.

« La plupart d’entre elles sont acceptables. Une grande partie provient de combattants du clavier. Mais lorsqu’ils disposent de suffisamment d’informations pour que ça pose un problème, c’est là que ça devient inquiétant. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

USER NOTICE:

As part of a series of planned improvements, we will need you to reset your RugbyPass password from 24/07/24 to continue commenting on articles.

You don’t need to change anything until that time.

Thank you,

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Naturally loud and incredibly fast: Brazil bring fiesta rugby to Paris Naturally loud and incredibly fast: Brazil bring fiesta rugby to Paris
Search