Match retour attendu entre Bleuets et Baby Blacks

Par Willy Billiard
PAARL, AFRIQUE DU SUD - 29 JUIN : Thomas Duchêne (France) pendant le Championnat U20 World Rugby 2023, match de poule A entre la France et la Nouvelle-Zélande au Paarl Gymnasium, le 29 juin 2023 à Paarl, en Afrique du Sud. (Photo par World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Les U20 néo-zélandais auront l’occasion de se venger de leur défaite de l’année dernière face à l’équipe de France U20 lors du Championnat du monde qui débutera le 29 juin en Afrique du Sud, après avoir été regroupés dans la même poule.

ADVERTISEMENT

L’année dernière, les Baby Blacks avaient été confrontés à un pack français féroce, avec Poloso Tuilagi, fils de l’international samoan Henry, qui a marqué deux essais lors d’une démonstration de force.

Les U20 français s’étaient imposés 35-14 grâce à un rugby puissant et avaient remporté leur troisième titre mondial U20 consécutif en s’imposant 50-14 en finale contre l’Irlande.

Rencontre
World Rugby U20 Championship
France U20
10:30
4 Juil 24
New Zealand U20
Toutes les stats et les données

Les Baby Blacks arrivent plus forts

Cette année, la France affrontera l’Espagne en ouverture le 29 juin avant de jouer la Nouvelle-Zélande le 5 juillet et de refermer la phase de poule contre le Pays de Galles le 9 juillet. Le début des phases finales est prévu à partir du 14 juillet.

Après avoir remporté le titre lors du premier Rugby Championship U20, la Nouvelle-Zélande se présentera en forme après un match nul contre l’Afrique du Sud (13 partout) dans des conditions torrentielles sur la mal-nommée Sunshine Coast australienne, suivi d’une victoire 43-20 contre l’Argentine puis d’une victoire sur l’Australie (36-25) qui lui a permis de remporter le titre.

Face à face

1 dernières réunions

Victoires
1
Nuls
0
Victoires
0
Moyenne de points marqués
35
14
Le premier essai gagne
100%
L'équipe recevante gagne
100%

L’ailier gauche Stanley Solomon a brillé tout au long du Rugby Championship, le centre Xavi Taele a été nommé joueur du tournoi et le numéro 8 Malachai Wrampling-Alec a mené un pack exceptionnel composé de joueurs aux dimensions hors normes parmi lesquels Andrew Smith et Johnny Lee en troisième-ligne.

Même le meneur de jeu Rico Simpson a impressionné avec son rugby précis et rapide qui a enflammé les trois-quarts.

« Pas la même chanson »

« Le message est plus que très fort et a même été ressenti juste après le match contre les Baby Blacks à la Coupe du Monde », analyse pour RugbyPass Sébastien Calvet, l’entraîneur de l’équipe de France U20.

ADVERTISEMENT

« On a totalement conscience que le Rugby Championship a bien préparé l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Argentine et l’Afrique du Sud et qu’elles seront beaucoup plus préparées, plus averties ; elles vont nous attendre au tournant.

« On sait que ce deuxième match face aux baby Blacks va être d’un tout autre acabit que celui de la saison passée. »

Un avis partagé par le trois-quarts centre de Brive Maxence Biasotto, champion du monde U20 en 2023, mais qui n’avait pas participé à cette rencontre dans laquelle Baptiste Jauneau de Paul Costes avaient écopé d’un carton jaune chacun, mais que la France avait remportée par cinq essais à un seul.

ADVERTISEMENT

« On sait que ça va être encore plus compliqué que l’année dernière parce que les Néo-Zélandais n’avaient pas de championnat, ils avaient moins de matchs comparés à nous, donc moins de préparation », dit-il à RugbyPass.

« On sait que cette année ce sera bien différent. Ça ne sera pas la même chanson. Ce match va être très important dans cette Coupe du Monde. On va essayer de préparer ce match le mieux possible pour essayer de garder ce statut qu’on a de champion du monde. »


ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

F
Flankly 16 hours ago
Resilient Irish will test Springboks despite provincial setbacks

The Bok kryptonite is complacency. How did they lose to Japan in 2015, or to Italy in 2016? There are plenty of less dramatic examples. They often boil down to the Boks dialing back their focus and intensity, presuming they can win with less than 100% commitment. This can be true of most teams, but there is a reason that the Boks are prone to it. It boils down to the Bok game plan being predicated on intensity. The game plan works because of the relentless and suffocating pressure that they apply. They don’t allow the opponent to control the game, and they pounce on any mistake. It works fantastically, but it is extremely demanding on the Bok players to pull it off. And the problem is that it stops working if you execute at anything less than full throttle. Complacency kills the Boks because it can lead to them playing at 97% and getting embarrassed. So the Bulls/Leinster result is dangerous. It’s exactly what is needed to introduce that hint of over-confidence. Rassie needs to remind the team of the RWC pool game, and of the fact that Ireland have won 8 of the 12 games between the teams in the last 20 years. And of course the Leinster result also means that Ireland have a point to prove. Comments like “a club team beating a test team” will be pasted on the changing room walls. They will be out to prove that the result of the RWC game truly reflects the pecking order between the teams. The Boks can win these games, but, as always, they need to avoid the kryptonite.

30 Go to comments
TRENDING
TRENDING Eddie Jones’ big Owen Farrell revelation Eddie Jones’ big Owen Farrell revelation
Search