Les Sud-Africaines veulent profiter du succès des Springboks

Par Daniel Gallan
LE CAP, AFRIQUE DU SUD - 27 OCTOBRE : Les joueuses de l'Afrique du Sud chantent leur hymne national avant le coup d'envoi du match du WXV 2 2023 entre l'Afrique du Sud et les Samoa au Athlone Sports Stadium, le 27 octobre 2023 au Cap, en Afrique du Sud. (Photo par Johan Rynners - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

On dit que la marée montante porte tous les bateaux. Mais ce n’est pas toujours vrai. En tout cas, pas dans le rugby sud-africain, où les victoires des hommes ne se sont pas traduites par un succès comparable pour le programme féminin.

ADVERTISEMENT

Avant même que l’équipe de Siya Kolisi ne soulève sa deuxième Coupe du monde consécutive en France l’année dernière, les Springbok Women faisaient figure de nation de second plan. Aujourd’hui, avec quatre trophées Webb Ellis à leur actif, le fossé entre les deux organisations est abyssal.

Un vent d’optimisme

Mais une nouvelle année a apporté un nouvel optimisme au siège de SA Rugby. Et pour Lynne Cantwell, l’ancienne internationale irlandaise qui travaille aujourd’hui comme responsable de la haute performance de l’Afrique du Sud, ce quatrième titre mondial pourrait avoir un impact positif sur la moitié souvent oubliée de la population.

« La victoire des hommes ne peut être considérée que comme une bonne chose pour nous », affirme Lynne Cantwell. « La marque Springbok, que nous partageons, s’est considérablement améliorée et a retenu l’attention. Cela suscite plus d’intérêt, plus d’investissement, un niveau plus élevé au sein du groupe. Nous voulons aussi ce succès et les dirigeants de SA Rugby le veulent aussi pour nous.

« Mais nous devons aussi être réalistes. Le rugby féminin international a 42 ans. Le rugby international sud-africain a 22 ans. La différence d’âge est importante. Oui, nous ne sommes pas satisfaits de notre classement et nous avons l’ambition de progresser. Mais nous savons aussi que nous sommes en compétition avec des équipes qui sont là depuis plus longtemps que nous. »

L’objectif de revenir dans le Top 10 mondial

L’Afrique du Sud est actuellement classée 13e et a atteint un maximum de 10e dans le classement mondial de World Rugby. L’équipe masculine est première pour l’instant, mais c’est moins préoccupant que l’équipe féminine.

L’Espagne, le Japon, les États-Unis et le Canada sont tous devant. Et bien que l’écart se resserre – en particulier sur l’Espagne, 12e, qui a été battue par l’Afrique du Sud 35-20 en avril dernier – il reste un point faible pour un pays qui prétend que le rugby coule dans les veines nationales.

« Je m’arracherais les cheveux si j’avais l’impression que tout le monde s’en moque », répond Cantwell lorsqu’on lui demande si elle se sent parfois frustrée dans ce qui doit être un combat difficile. « Mais je pense sincèrement que toutes les personnes impliquées ont à cœur les meilleurs intérêts de cette équipe.

« Ce n’est pas un défi qui nous est propre, mais un défi pour toutes les équipes sportives dans le monde. Il s’agit d’une combinaison de soutien financier et de ressources mis à la disposition des joueurs. Il n’est pas facile de financer tous nos besoins. C’est pourquoi nous travaillons dur et nous constatons une croissance d’année en année. Les équipes nationales sont en bonne position. C’est au niveau du parcours qu’il faut investir de manière significative et ça prend du temps. »

Une seule équipe féminine professionnelle

Le fait que les Bulls Daisies – la branche féminine de la franchise des Blue Bulls à Pretoria – soient devenues professionnelles l’année dernière a aidé dans une certaine mesure, mais elles restent la seule équipe au niveau national à disposer d’une équipe féminine entièrement professionnelle.

ADVERTISEMENT

Ainsi, lorsque de nombreuses joueuses sont sélectionnées pour représenter leur pays, elles entrent dans un environnement qu’elles n’ont jamais connu auparavant. Le programme masculin ne connaît pas ce genre de problèmes.

« Ce qu’il faut comprendre, c’est que certaines filles n’ont jamais vraiment été entraînées auparavant », explique Cantwell. « Ce n’est pas qu’elles ne peuvent pas comprendre ce que nous leur transmettons, c’est simplement qu’elles n’ont pas de base en la matière. On a l’impression que les filles ne savent pas ce qu’elles font, mais nous devons recadrer cela. La vérité, c’est qu’on ne leur a pas forcément appris comment faire.

« Il est donc difficile de leur imposer des schémas défensifs ou des phases offensives trop compliqués alors qu’elles sont encore en train d’acquérir les bases. Ce sont de grands athlètes, très habiles, mais elles n’ont pas eu les mêmes opportunités que les hommes qui sont passés par les écoles, les académies et les équipes jeunes. C’est là que les Springboks [masculins] nous ont aidés. »

Un travail en commun avec les staffs des deux équipes nationales

Presque tous les assistants de Rassie Erasmus et de Jacques Nienaber ont travaillé avec l’équipe féminine lorsque les hommes n’étaient pas en stage. Felix Jones, l’entraîneur en charge de l’attaque qui rejoindra bientôt l’Angleterre, a contribué à stimuler l’imagination des lignes arrières.

Deon Edwards et Daan Human ont peaufiné la mêlée et la touche. Même Andy Edwards, le préparateur physique de l’équipe, a donné des conseils sur la manière d’augmenter le rendement d’une joueuse au cours d’une saison qui inclut désormais le tournoi WXV.

ADVERTISEMENT

Le défi consiste également à créer un groupe de joueuses plus solide. Cantwell souligne que Zenay Jordaan, la joueuse la plus capée d’Afrique du Sud, a pris sa retraite l’année dernière après avoir participé à 37 tests en 14 ans.

L’objectif est maintenant de faire en sorte qu’au moins 40 % de l’effectif atteigne 30 sélections avant le début de la Coupe du monde l’année prochaine en Angleterre. Cela signifie que près de la moitié du groupe aurait les trois quarts des capes de Jordan en jouant au moins 12 tests par an.

De l’urgence de jouer un maximum

« Ce serait un grand pas en avant », concède Cantwell. « Mais c’est nécessaire. Nous avons besoin d’accumuler des kilomètres dans les jambes. Nous avons remarqué une augmentation du nombre de blessures. Certaines filles ne sont pas habituées à jouer autant de rugby. Mais c’est la seule façon pour nous d’être compétitives. Nous ne pouvons pas jouer une poignée de matchs et espérer nous améliorer. »

Ce qui signifie que des ressources sont nécessaires, à la fois en termes d’engagements physiques et de résistance mentale. C’est là que les Boks masculins entrent à nouveau en jeu.

« Ils sont tellement doués pour raconter des histoires », explique Cantwell à propos de l’équipe de Kolisi. « Ils ont une histoire, une mythologie. Ils représentent quelque chose et tout le monde le comprend. C’est pourquoi les joueurs qui sont sur le banc ne boudent pas et restent dévoués à la cause.

« C’est pourquoi, lorsqu’ils avaient le choix entre deux vestiaires lors de la Coupe du monde en France, ils choisissaient toujours le plus petit. C’est une équipe qui comprend ce que signifie la lutte et qui l’utilise à son avantage.

Adhérer à l’histoire

« Nous pouvons faire la même chose. Nos filles comprennent également ce que signifie d’être Sud-Africaine, de représenter l’Afrique du Sud. Certaines d’entre elles ont traversé des épreuves pour en arriver là et toutes ont été fustigées ou critiquées parce qu’elles étaient des joueuses de rugby à un moment ou à un autre de leur parcours. Nous devons tirer parti de cette situation. Nous devons faire en sorte que les supporters adhèrent à l’histoire, comme ils l’ont fait avec l’équipe masculine.

« Tous les supporters veulent soutenir une équipe qui gagne, mais ils vous soutiendront s’ils sont persuadés que vous les représentez. Nous devons nous inspirer de ces histoires personnelles. Il existe un langage commun entre les deux équipes, et pas seulement sur le terrain. Si nous parvenons à combler ce fossé, nous pourrons commencer à combler d’autres fossés là où ils existent. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Gareth Thomas: 'I’ve always thought I was a bit like Dan Carter.' Gareth Thomas: 'I’ve always thought I was a bit like Dan Carter.'
Search