Les Bleues battues par l'Australie, M. Levi refait le coup

Par Jérémy Fahner
Maddison Levi a inscrit sept essais en deux matchs face aux Bleues (Photo by OSCAR DEL POZO/AFP via Getty Images).

Jamais deux sans trois, l’adage s’est malheureusement vérifié sur la finale de la Grande Finale de Madrid entre la France et l’Australie.

ADVERTISEMENT

Pour la troisième fois de la saison, l’équipe de France féminine a atteint la finale d’une étape du circuit de Sevens. Et pour la troisième fois, donc, les Bleues ont perdu.

Déjà battues la veille par des Australiennes portées par les quatre essais de Maddison Levi (28-14), les Françaises n’ont pas réussi à prendre leur revanche au meilleur moment.

Le match de poule avait laissé un sentiment de supériorité « green and gold », face notamment à la puissance de Levi, insaisissable une fois que la balle lui arrive dans les mains.

Malgré l’ampleur du score final, cette finale a donné lieu à un match plus accroché qu’il n’y parait. Les Australiennes se sont en effet détachées en deuxième période et plus particulièrement dans les deux dernières minutes, Maddison Levi, encore elle, plantant trois essais coup sur coup.

La superstar australienne termine la saison avec 69 essais au compteur, loin devant tout le monde, dont sept en deux matchs ce week-end face à la France.

Les Bleues n’avaient donc pas la faveur des pronostics, d’autant plus face à l’Australie vainqueur de quatre des cinq derniers duels face à la France (succès bleue 21-19 à Vancouver).

ADVERTISEMENT

Le début de match est empreint de tension des deux côtés avec de l’intensité dans les plaquages, un peu de chambrage inutile signée Teagan Levi. Les Australiennes sont en marche les premières, mais Séraphine Okemba est vigilante sur M. Levi (2e).

Elles ouvrent tout de même la marque deux minutes plus tard grâce à Faith Nathan et ses appuis électriques (0-7, 4e). Sur l’action, les Françaises défendaient à six, Anne-Cécile Ciofani s’étant blessée peu avant sur un plaquage.

Les Bleues répliquent rapidement. Sur une longue séquence partie d’une mêlée dans les 22 adverses, Yolaine Yengo forçait le passage jusqu’à l’en-but (7-7, 6e).

Bien en place, virulentes en défense, les Françaises sont dans le match à la mi-temps, et peuvent croire à une issue favorable.

ADVERTISEMENT

C’était sans compter sur la tornade Levi. Surveillée comme le lait sur le feu en première période, on ne l’avait pas vu ou presque. Dans les cinq dernières minutes, chaque ballon tombé ira en dame.

Elle casse les plaquages sur une course croisée avec Charlotte Caslick et redonne l’avantage aux siennes (7-14, 9e).

Puis elle est servie en bout de ligne, une position où elle est souvent inarrêtable (7-19, 12e). Et elle porte l’estocade dans les arrêts de jeu d’un dernier essai, son 69e de la saison.

Les Bleues, pas encore au niveau des toutes meilleures nations, continuent d’apprendre. Mais tout ce qu’elles ont fait cette saison en général, et sur ce tournoi de Madrid en particulier, est tout de même positif en vue des JO, dans six semaines.

Retrouvez tous les résumés de match sur RugbyPass.tv.

La Coupe du Monde de Rugby Féminin 2025 arrive en Angleterre. Inscrivez-vous ici pour être le premier à recevoir des informations sur la billetterie.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 1 hours ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
TRENDING
TRENDING Everyone is saying the same thing about the Doris-Kolbe incident Everyone is saying the same thing about the Doris-Kolbe incident
Search