Les All Blacks se sentent « mieux préparés » pour la Coupe du monde qu'en 2019

Par Ned Lester
The All Blacks' golden World Cup run came to an end in 2019 after they were defeated by England in the semi-finals. (Photo by Hannah Peters/Getty Images)

2019 offrait aux All Blacks la possibilité d’entrer dans l’histoire en devenant la première équipe à remporter trois Coupes du Monde de Rugby consécutives, après avoir été la première équipe à en gagner deux de suite en 2015. Mais en demi-finale, les All Blacks ont été battus à plate couture par l’Angleterre et ont dû batailler pour la médaille de bronze.

ADVERTISEMENT

Cette occasion manquée pèse encore sur le cœur de plusieurs joueurs et entraîneurs du groupe, dont l’entraîneur de la défense, Scott Mcleod.

McLeod a rejoint le dispositif des All Blacks en 2017 après la tournée des British and Irish Lions, devenant un élément clé de la campagne de la Coupe du monde 2019.

Aujourd’hui, en comparant les deux préparations, l’assistant estime, tout comme l’entraîneur principal Ian Foster, que l’équipe se trouve dans une meilleure situation qu’il y a quatre ans.

« J’ai assisté à la dernière édition », explique-t-il à The Platform. « Nous n’avons pas été très bons, mais nous sommes très enthousiastes à l’idée de ce qui nous attend en France dans les deux prochains mois.

« J’ai eu une discussion avec Ian Foster à ce sujet l’autre jour, j’ai l’impression que nous sommes un peu plus préparés, mentalement et en comprenant notre rugby et je suppose notre ADN et ce que nous représentons, j’ai l’impression que nous sommes un peu plus préparés dans cet espace. »

McLeod a rappelé les récentes réflexions de Ian Foster sur les améliorations à apporter et a ajouté son point de vue sur les domaines qui ont le plus besoin d’être améliorés, selon lui.

ADVERTISEMENT

« Probablement dans nos contacts avec les arrières, mais aussi en phase post-plaquage. Nous ne sommes pas au niveau le plus élevé qu’il nous faut pour être capables de gagner le ballon dans ces phases du jeu et cela commence par les collisions, en devenant très précis, et en étant presque brutal dans ces phases du jeu pour être capable de récupérer le ballon.

« Nous avons donc travaillé sur ce point ces deux dernières années, nous continuons à trouver des opportunités et les garçons progressent dans ce domaine. »

Les tendances qui ont dominé le tournoi 2019 étaient le jeu au pied et le fait de monter vite en défense, deux domaines auxquels les All Blacks ont eu du mal à s’adapter et qu’ils n’ont finalement pas pu surmonter lors des phases à élimination directe.

« Ils sont toujours d’actualité, mais ce que l’on voit maintenant, c’est que beaucoup d’équipes essaient aussi de jouer au milieu du terrain, elles essaient de vous regrouper ou de créer du surnombre, de sorte que les défenseurs ne défendent personne et qu’ils se contentent de se déplacer en masse vers le bord du terrain, d’un côté du terrain, et vous obligent à prendre des décisions à ce niveau-là.

ADVERTISEMENT

« Ils ont donc des coureurs devant, des coureurs derrière, et ils frappent là où ils pensent qu’il y a de l’espace.

« C’est ce qui s’est vraiment développé dans le rugby offensif à travers l’hémisphère nord et l’hémisphère sud au cours des deux dernières années. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Leinster 'sitting on a sharp stick' for running of the Bulls Leinster 'sitting on a sharp stick' for running of the Bulls
Search