L'équipe de France surclassée par l'Argentine

Par Jérémy Fahner
Les Argentins de Matteo Graziano (ballon en main) ont dominé l'équipe de France (Photo by Denis Doyle/Getty Images).

Arrivée à Madrid avec de grandes ambitions, l’envie de bien préparer les JO, et un certain Antoine Dupont, l’équipe de France masculine de Sevens avait réussi son entrée dans la compétition. Hier, lors de son premier match, elle a écarté sans difficulté ni ménagement l’Australie, éparpillée 38-5.

ADVERTISEMENT

Related

De bon augure croyait-on, avant le test autrement plus ardu proposé ce samedi, avec l’Argentine au menu. Et les Français sont passés au travers.

Ils sont tombés face à la meilleure nation de la saison, certes. Mais les Sud-Américains, vainqueurs sans contestation possible 26-12, sont eux privés de leur facteur X : Marcos Moneta est bien présent à l’Estadio Metropolitano, mais avec un casque de commentateur sur la tête, avec la télé argentine.

La première mi-temps a été cauchemardesque pour les Français. Passé le sauvetage miraculeux de Varian Pasquier sur Luciano Gonzalez dans l’en-but (2e), tout est allé de travers.

Peut-être gêné dans son appréciation par le soleil couchant, Pasquier tentait une longue passe dans ses 22, facilement interceptée par Tobias Wade, qui terminait en trottinant (0-7, 3e).

Jusqu’à la pause ou presque, la bataille faisait rage au centre du terrain sans véritable occasion de part et d’autre. Ou presque, car dans les ultimes secondes, les Argentins trouvaient un décalage pour German Schulz isolé (0-14, 7e).

La double peine pour les Bleus, qui entraient au vestiaire avec un joueur de moins, Pasquier, décidément dans tous les coups, ayant écopé d’un carton jaune sur l’action de l’essai argentin pour un plaquage à retardement.

ADVERTISEMENT

14 points de débours, un joueur en moins, ça s’annonçait compliqué pour les Bleus d’Antoine Dupont, sur le banc depuis le début de la rencontre.

D’autant que l’Argentine trouvait une 3e fois la faille rapidement à la reprise. Pris de vitesse dans le replacement au bout d’une longue séquence argentine, les deux défenseurs français ne parvenaient pas à stopper le surpuissant Luciano Gonzalez (0-21, 8e).

Nelson Epée redonnait un semblant d’espoir à la France, renforcé par l’entrée de Dupont (5-21, 11e).

Mais sur le renvoi, Rodrigo Isgro captait le ballon et sprintait sur 80 m pour s’offrir un essai en solo (5-26, 12e).

ADVERTISEMENT

En toute fin de match, Epée s’offrait un doublé qui adoucissait le score final (12-26), mais pas le ressenti terrain et l’idée que cette équipe en a encore sous le pied.

Les Bleus vont devoir lâcher les chevaux car aujourd’hui à 21h, ils disputent leur dernier match de poule face à la Grande-Bretagne. Victoire indispensable pour poursuivre l’aventure madrilène.

Visionnez l'épisode exclusif de "Walk the Talk" où Ardie Savea discute avec Jim Hamilton de son expérience à la Coupe du Monde de Rugby 2023, de sa vie au Japon, de son parcours avec les All Blacks et de ses perspectives d'avenir. Regardez-le gratuitement dès maintenant sur RugbyPass TV.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 1 hours ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
TRENDING
TRENDING Everyone is saying the same thing about the Doris-Kolbe incident Everyone is saying the same thing about the Doris-Kolbe incident
Search