Le Mexique pourrait lancer sa première franchise professionnelle

Par Willy Billiard
MONACO, MONACO - JUNE 19: Alejandro Chavez of Mexico Men's National Team in action during day two of the World Rugby Sevens Repechage match between Tonga and Mexico on June 19, 2021 in Monaco, Monaco. (Photo by Giorgio Perottino - World Rugby/World Rugby via Getty Images )

Après un mois difficile pour le premier championnat professionnel de rugby d’Amérique du Nord, la Major League Rugby a reçu une nouvelle qui pourrait renforcer son avenir.

ADVERTISEMENT

Une équipe basée au Mexique aurait en effet exprimé le souhait de rejoindre le championnat en 2025, selon les informations recueillies par plusieurs sites.

Le cabinet d’avocats international Cuatrecasas (qui a un bureau à Mexico) a annoncé le 5 décembre qu’il avait conseillé à Rugby Ventures Mexico de signer un contrat avec l’Institut d’éducation physique et de sport de Nuevo Leon (INDE).

« Cuatrecasas a conseillé Rugby Ventures México dans le cadre de la signature d’un contrat avec l’Institut d’éducation physique et de sport (INDE) de Nuevo León (Mexique) pour permettre à son équipe de rugby de jouer dans les nouvelles installations que l’INDE est en train de construire », est-il indiqué dans le communiqué.

« Cette coopération permettra à l’État de Nuevo León d’avoir une équipe de rugby professionnelle : l’équipe de Monterrey sera la 13e équipe de la Major League Rugby (MLR). L’équipe, qui n’a pas encore de nom officiel, devrait jouer lors de la saison qui débutera en février 2025.

« Le contrat signé permet également à Rugby Ventures Mexico d’obtenir un soutien financier grâce aux installations et aux futurs aménagements du nouveau stade. »

Proximité géographique

Aucune équipe mexicaine n’a participé à l’histoire de la MLR depuis la première saison du championnat professionnel en 2018.

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un projet se dessine pour que le Mexique y inscrive une équipe. Un rapport de décembre 2020 indiquait déjà que le Mexique cherchait à avoir une équipe dans le championnat. Le projet prévoyait même la construction de centres de haute performance dans les trois plus grandes villes du Mexique, à savoir Monterrey, Guadalajara et Mexico.

ADVERTISEMENT

Monterrey est la capitale de Nuevo León. Cet État du nord du Mexique partage une étroite frontière de 9 miles avec le Texas. Monterrey se trouve à environ 140 miles de la frontière mexicaine avec les États-Unis et partage un fuseau horaire avec les villes de la MLR, Chicago, la Nouvelle-Orléans, Houston et Dallas. Houston, à environ 8 heures de route, serait le marché de MLR le plus proche de Monterrey.

Relancer la Major League Rugby

Une équipe mexicaine permettrait à la MLR de redevenir une ligue internationale après que sa seule équipe non américaine, les Toronto Arrows, a cessé ses activités à la fin du mois dernier, avant la saison 2024. Cette nouvelle a été couplée à la décision de New York, l’ancien champion de la Major League Rugby, de se retirer également quelques jours plus tard, laissant la MLR avec seulement 11 clubs et un avenir incertain à quelques semaines de la campagne 2024.

L’arrivée d’une équipe mexicaine permettrait donc à la MLR de redevenir une ligue professionnelle couvrant plusieurs pays.

Une équipe entièrement professionnelle constituerait également une énorme avancée pour la culture et le développement du rugby au Mexique, car le pays n’a actuellement aucun club ni dans la MLR ni dans le Super Rugby Americas, qui regroupe des équipes des États-Unis et d’Amérique du Sud.

L’équipe nationale du Mexique, Los Serpientes, est actuellement classée 49e au classement mondial World rugby et ne s’est jamais qualifiée pour une Coupe du Monde de Rugby.

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy' Freddie Steward: 'I wouldn’t say I've had it easy'
Search