Lagisquet : « Est-ce qu’on saura être aussi emballants ? C’est la question »

Par Willy Billiard
Patrice Lagisquet, Head Coach of Portugal, poses for a portrait during the Portugal Rugby World Cup 2023 Squad photocall on September 05, 2023 in Perpignan, France. (Photo by Alex Livesey - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Le Portugal fait partie de ces équipes du tier 2 qui surprennent sur cette Coupe du Monde de Rugby 2023. Comme l’a fait le Chili qui avait réussi son examen de passage face au Japon pour son premier match à ce niveau (42-12 le 10 septembre).

ADVERTISEMENT

Ce n’est qu’à la fin de la rencontre que le Pays de Galles s’est finalement imposé sur le Portugal 28-8 le 16 septembre. Et contre la Géorgie une semaine plus tard, Os Lobos ont réalisé l’exploit de décrocher leur premier match nul de leur histoire en Coupe du Monde de Rugby (18-18).

Related

Si la pénalité sur le gong n’avait pas été manquée par Nuno Sousa Guedes, le Portugal aurait même enregistré sa toute première victoire à ce niveau contre une équipe qu’elle n’avait plus battu depuis 18 rencontres.

« On avait déjà réussi dans le passé à les contrer au niveau des avants, surtout lors du nul à Tbilissi en février 2022 », rappelle Patrice Lagisquet, le sélectionneur du Portugal.

« En juillet la même année, on avait mis un gros pack et on avait réussi à les bloquer tant en maul qu’en mêlée. »

Un nul aux airs de victoire

Un nul qui a eu des allures de défaite pour les Géorgiens. « Oui, parce que leur objectif était de se qualifier et on avait vu qu’ils étaient fébriles contre l’Australie, avec des pertes de balle inhabituelles », analyse le coach.

« C’est un coup d’arrêt pour eux. Ils pratiquent un beau rugby, complet, mais là, leurs ambitions sont à revoir à la baisse, donc je comprends leur déception car je sais qu’ils comptaient gagner avec le bonus. »

Rencontre
Coupe du Monde de Rugby
Georgia
18 - 18
Temps complet
Portugal
Toutes les stats et les données

A l’inverse, le rugby portugais a prouvé qu’il avait toute sa place à ce niveau en produisant du beau jeu. « Oui ça fait plaisir, surtout de reproduire un jeu et d’être ambitieux et d’avoir réussi à jouer le rugby qui nous caractérise depuis longtemps, fait de lectures, d’initiatives », dit-il.

ADVERTISEMENT

« J’ai dit aux joueurs qu’ils pouvaient être fiers de ce qu’ils avaient fait. Ce n’est jamais facile de jouer à ce niveau et de performer deux semaines de suite. Ils peuvent être fiers de leur capacité de réaction et de leur défense de la ligne. Il nous manque juste un peu de discipline mais quand on est jeune, en tant que joueur, c’est difficile de rester dans le contrôle dans un tel match.

« On doit continuer de travailler sur notre organisation et notre rythme quand on arrive dans les 22 mètres adverses. On l’a vu contre le Pays de Galles, on doit être plus efficaces dans cette zone si on veut prétendre à la victoire sur des matchs comme ceux-là. »

Et si le Portugal allait chercher la 3e place ?

Deux prestations précieuses à l’approche des deux prochains matchs importants contre l’Australie le 1er octobre puis contre les Fidji le 8 octobre.

« J’espère que cette confiance nous aidera. Je me pose beaucoup de questions sur la gestion de la dynamique du groupe, notamment au vu des enjeux potentiels, comme celui d’aller chercher une troisième place », confie Patrice Lagisquet.

« Je ne veux pas qu’on se prenne trop à rêver, car je crains qu’on s’emballe un petit peu et que l’on soit ramenés à la dure réalité de ce sport qui se joue devant. Et quand on voit ce que l’Australie peut faire devant…

ADVERTISEMENT

« Est-ce qu’on saura être aussi emballants ? C’est la question. L’usure va jouer. Là, on a quand même huit jours jusqu’à l’Australie pour bien récupérer. J’ai le sentiment qu’on a fait une bonne préparation. On a peut-être cette capacité à tenir, y compris contre l’Australie. »

Un exploit contre l’Australie ?

De là à dire que le Portugal peut perturber les Wallabies comme il l’avait fait pour le XV du Poireau ?

« J’aimerais vous dire oui, mais il va falloir qu’on les étudie encore plus pour tenter de trouver des points faibles car leur défense est très solide. On va avoir du mal à être dans l’avancée », répond, prudent, l’ancien international français.

« Même si je veux que l’équipe continue de rêver, je sais qu’une équipe comme l’Australie pratique un rugby très pragmatique, très organisé, très cadenassé. Ils ne laissent pas d’espaces, on l’a vu contre la Géorgie. Ils les ont contenus dans leur camp. Donc je pense que ce sera très compliqué. »

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Carter Gordon's defection makes little difference to the Wallabies in 2024 Carter Gordon's defection makes little difference
Search