Los Pumas mettent la main sur le HSBC SVNS Cape Town

Par RugbyPass
Argentina players celebrate the cup final win over Australia on day two of the HSBC SVNS at Cape Town Stadium on 10 December, 2023 in Cape Town, South Africa. Photo credit: Mike Lee - KLC fotos for World Rugby

L’Argentine a remporté le titre de champion de l’étape sud-africaine du HSBC SVNS 2024 au Cap en s’imposant face à l’Australie, une semaine après avoir perdu contre l’Afrique du Sud à Dubaï.

ADVERTISEMENT

Cette victoire est venue couronner un week-end au cours duquel le vétéran Gastón Revol a disputé son 100e tournoi et German Schulz a marqué son 100e essai international sur le circuit mondial.

L’Argentine trop forte pour être maîtrisée

L’Argentine a été trop forte pour l’Australie en ajoutant l’or du Cap à l’argent gagné à Dubaï une semaine plus tôt.

German Schulz a ouvert le score sur une longue course, Santiago Mare, Marcos Moneta et Matías Osadczuk ont également aplati dans les sept premières minutes, alors que l’Australie avait du mal à suivre le rythme des Pumas en première période.

La cause de l’Australie n’a pas été facilitée par l’expulsion de Nick Malouf pour un plaquage haut.

Les Australiens ont finalement réussi à ouvrir le score en deuxième mi-temps, grâce à Nathan Lawson et Dietrich Roache. Mais le deuxième essai du joueur de la finale Osadczuk, son quatrième au Cap, réglait la question.

Les essais de Tomas Elizalde et du capitaine Santiago Alvarez en fin de rencontre ont été la cerise sur le gâteau, avec une victoire 45 à 12.

« Moi aussi, j’aime leur façon de jouer », a salué l’entraîneur et ancien joueur des Pumas, Santiago Gomez Cora. « Nous avons dit qu’ils étaient fous parce qu’ils mettent tant de passion – ils savent comment jouer, évidemment – c’est une équipe qui ressent pleinement la façon dont elle joue. Ils sont un peu fous de jouer de cette manière.

ADVERTISEMENT

« Nous sommes très heureux car nous nous sentons chez nous au Cap. Ils nous soutiennent, alors merci beaucoup à tous – j’espère vous voir la prochaine fois. »

Les Pumas s’étaient hissés en finale pour la neuvième fois depuis Séville 2022, grâce à une victoire structurée sur l’Irlande (26-19). Le score aurait été plus conséquent si les Irlandais n’avaient pas inscrit deux essais dans la dernière minute, alors qu’ils savaient le match déjà perdu.

James Turner a qualifié d’« assez exceptionnelle » la victoire 24-7 de l’Australie sur les Fidji en demi-finale pour atteindre la première finale de son histoire sur le circuit mondial en Afrique du Sud.

« Nous avons eu un départ plus lent la semaine dernière, et cette semaine, nous voulions vraiment viser plus haut », a-t-il commenté.

ADVERTISEMENT

Un peu plus tôt, l’Argentin German Schulz avait plongé de façon spectaculaire sous les poteaux pour inscrire son 100e essai sur le circuit. Les Pumas ont ainsi battu le Canada, l’équipe surprise de la première journée, sur le score de 33 à 0 en quart de finale.

Les Fidji s’imposent en finale pour le bronze

Pour la deuxième fois dans la dernière journée, les Fidji ont débloqué la situation tardivement, mais ont remporté la finale de bronze en inscrivant un essai à la fin de la deuxième mi-temps, pour battre une Irlande tenace 14 à 7

Le capitaine Joseve Talacolo a déclaré que les Fidji avaient encore du travail à faire. « Nous devons travailler en équipe et beaucoup sur notre défense. Quand nous rentrerons aux Fidji, nous nous rassemblerons et nous nous concentrerons sur notre prochain tournoi à Perth », a-t-il signifié.

Le quart de finale entre les Fidji et la France a vu les champions olympiques mener 17-0, la France, réduite à six, revenir à 17-14 à la mi-temps, puis mener 24-17, avant que Kaminieli Rasaku n’inscrive un essai à quelques secondes de la fin du match. Terio Tamani a transformé l’essai pour amener le match au golden point. Ce match fou n’a pris fin que lorsque Pilipo Bukayaro a débloqué la situation (29-24).

Ben Gollings, l’entraîneur des Fidji, a rendu hommage à son meneur de jeu : « C’est un joueur qui ne cesse de s’améliorer. Il gagne en confiance match après match, c’est fantastique à voir. Il a de quoi faire… il remplace des joueurs comme Jerry Tuwai dans ce match et il fait un travail fantastique. »

L’Irlandais Terry Kennedy avait inscrit un triplé en première période, alors que l’Irlande a joué sept minutes presque parfaites, creusant une avance de 26-0 à la pause, et construisant une victoire historique de 36-21 sur la Nouvelle-Zélande.

La France échoue à la 8e place

Après un nouveau grand week-end au Cap, l’Afrique du Sud attendra encore un an avant de remporter un titre à domicile. Les Sud-Africains ont terminé le tournoi du Cap à la sixième place, après une défaite 7-31 contre la Nouvelle-Zélande. Ses espoirs de remporter l’étape à domicile avaient été anéantis plus tôt dans la journée, lorsque l’Australie leur avait infligé un sévère 28-0 en quarts de finale.

Le Canada, blessé et ne disposant que de 10 joueurs pour sa dernière sortie, n’a pas été en mesure de répéter ses exploits de la première journée, mais a terminé par une victoire tout à fait méritée sur la France (33-17), ce qui lui permet de se classer septième – une amélioration considérable par rapport à sa douzième place à Dubaï.

Après avoir battu les Etats-Unis 21-14 en début de journée, la Grande-Bretagne a terminé sa campagne au Cap en beauté en battant l’Espagne 31-7 pour s’emparer de la neuvième place.

Les Samoa, champions du Cap en 2022, ont marqué l’un des plus beaux essais du tournoi lors du match pour la 11e place contre les États-Unis, partant d’un coin de leur zone d’en-but, grâce à une série de passes, pour inscrire un essai dans le coin opposé par Taitaifono Senio Tavita. Mais cela ne les a pas empêchés de terminer le tournoi 2023 à la 12e place, en s’inclinant 19-24, après avoir perdu 17-24 contre l’Espagne.

Le HSBC SVNS 2024 revient à la fin du mois de janvier à Perth.

CLASSEMENT FINAL DU HSBC SVNS CAPE TOWN :

  1. Argentine
  2. Australie
  3. Fidji
  4. Irlande
  5. Nouvelle-Zélande
  6. Afrique du Sud
  7. Canada
  8. France
  9. Grande-Bretagne
  10. Espagne
  11. Etats-Unis
  12. Samoa
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 1 days ago
Why Sam Cane's path to retirement is perfect for him and the All Blacks

> It would be best described as an elegant solution to what was potentially going to be a significant problem for new All Blacks coach Scott Robertson. It is a problem the mad population of New Zealand will have to cope with more and more as All Blacks are able to continue their careers in NZ post RWCs. It will not be a problem for coaches, who are always going to start a campaign with the captain for the next WC in mind. > Cane, despite his warrior spirit, his undoubted commitment to every team he played for and unforgettable heroics against Ireland in last year’s World Cup quarter-final, was never unanimously admired or respected within New Zealand while he was in the role. Neither was McCaw, he was considered far too passive a captain and then out of form until his last world cup where everyone opinions changed, just like they would have if Cane had won the WC. > It was never easy to see where Cane, or even if, he would fit into Robertson’s squad given the new coach will want to be building a new-look team with 2027 in mind. > Cane will win his selections on merit and come the end of the year, he’ll sign off, he hopes, with 100 caps and maybe even, at last, universal public appreciation for what was a special career. No, he won’t. Those returning from Japan have already earned the right to retain their jersey, it’s in their contract. Cane would have been playing against England if he was ready, and found it very hard to keep his place. Perform, and they keep it however. Very easy to see where Cane could have fit, very hard to see how he could have accomplished it choosing this year as his sabbatical instead of 2025, and that’s how it played out (though I assume we now know what when NZR said they were allowing him to move his sabbatical forward and return to NZ next year, they had actually agreed to simply select him for the All Blacks from overseas, without any chance he was going to play in NZ again). With a mammoth season of 15 All Black games they might as well get some value out of his years contract, though even with him being of equal character to Richie, I don’t think they should guarantee him his 100 caps. That’s not what the All Blacks should be about. He absolutely has to play winning football.

5 Go to comments
FEATURE
FEATURE Who will play No 10 for the Springboks against Wales? Who will play No 10 for the Springboks against Wales?
Search