La Belgique a une chance de sortir gagnante du dernier Sevens Challenger féminin

Par Martyn Thomas
L'équipe féminine belge de rugby à sept s'entraîne à Cracovie, en Pologne, pour le HSBC Sevens Challenger 2024, le 15 mai 2024. Photo de Martin Seras Lima.

Madrid aura toujours une certaine signification pour l’entraîneur principal de l’équipe féminine de rugby à sept de Belgique, Emiel Vermote.

ADVERTISEMENT

C’est dans la capitale espagnole qu’il a organisé son premier stage de préparation quand il a été nommé sélectionneur de la Belgique en 2019 et, plus de cinq ans plus tard, il espère y retourner pour le tournoi de barrage du HSBC SVNS.

Les quatre premières équipes au classement général à l’issue de la finale du World Rugby HSBC Sevens Challenger 2024 de ce week-end à Cracovie confirmeront leur participation au barrage du SVNS à l’Estadio Cívitas Metropolitano qui se jouera entre le 31 mai et le 2 juin.

À Madrid, les équipes qualifiées affronteront les quatre derniers du HSBC SVNS 2024 – le Japon, le Brésil, l’Afrique du Sud et l’Espagne – pour les quatre places disponibles sur le circuit de l’année prochaine.

La Belgique est 3e

La Belgique est arrivée à Cracovie cette semaine en troisième position au classement, devant l’Ouganda à la différence de points, et avec quatre points d’avance sur le Kenya, cinquième.

Après avoir mené la Belgique à la cinquième place lors du premier tournoi Challenger à Dubaï et à la médaille de bronze à Montevideo en mars, Vermote est convaincu que ses joueuses peuvent finir le travail en Pologne.

« Notre objectif est de nous exprimer de la meilleure façon possible dans ce dernier tournoi Challenger », explique Emiel Vermote à RugbyPass.

« Notre objectif est de vraiment trouver la cohérence que nous avons montrée tout au long de la compétition des Challenger Series, et je pense qu’on aura tout entre nos mains pour y arriver. »

L’expérience de Madrid

Un exemple de la confiance que Vermote a en son équipe vient peut-être du fait qu’une partie de leur préparation pour Cracovie s’est matérialisée dans un stage de préparation… à Madrid le mois dernier.

ADVERTISEMENT

« Ça nous a permis de nous entraîner avec l’équipe espagnole, mais aussi de nous imprégner de la culture du pays, d’apprécier la ville et de laisser grandir un peu l’espoir de jouer à Madrid », explique Vermote.

« C’était le stade de l’équipe nationale et non celui de l’Atlético de Madrid, où se déroulera le Sevens, mais c’était une excellente expérience qui nous a permis de grandir et de nous concentrer sur la qualification pour le tournoi de Madrid.

« Nous avons ainsi pu concrétiser un objectif que nous nous étions fixées au début de la saison. »

REGARDEZ LE SEVENS CHALLENGER EN DIRECT DE CRACOVIE CE WEEK-END

ADVERTISEMENT

Le défi qui attend la Belgique et Vermote ce week-end, même s’il n’est pas facile, semble assez simple.

La Chine a dominé à Dubaï et à Montevideo pour accumuler 40 points avant le tournoi final. Il lui suffit d’atteindre les quarts de finale ce week-end pour confirmer sa place à Madrid.

L’Argentine, quant à elle, dispose d’une avance de 10 points sur la cinquième place, ce qui signifie qu’elle s’envolera également pour l’Espagne, à moins d’un faux-pas surprise.

En concurrence avec l’Ouganda, le Kenya et la Pologne

Il reste donc la Belgique, l’Ouganda, le Kenya et la Pologne – en réalité, la Thaïlande a trop de retard à rattraper – pour se disputer les deux billets restants.

Pour la Belgique, la bonne nouvelle – ou la mauvaise, selon le point de vue – est qu’elle se retrouve dans la poule C aux côtés du Kenya et de la Pologne, pays hôte. En remportant ces matchs lors de la première journée, elle renforcera sa position en vue des matchs à élimination directe.

« Nous sommes dans la même poule que la Pologne et le Kenya », confirme l’entraîneur de la Belgique. « L’Ouganda est derrière nous [quatrième] et il y a le Kenya et la Pologne dans le classement final. Pour moi en tout cas, je ne l’oublie pas. »

Bien qu’il ait mis en garde contre une « analyse excessive », le sélectionneur belge ajoute : « Sans aller trop loin dans ces grands moments de pression, je pense que la situation dans laquelle nous sommes en ce moment n’est pas confortable, mais c’est pas plus mal, non plus. »

Un état d’esprit de gagnant

« Nous avons tout en main. Si nous gagnons les matchs contre les adversaires directs, nous sommes en bonne position pour nous qualifier et atteindre notre objectif de nous qualifier pour Madrid », assure Emiel.

« Mon ambition personnelle est toujours de mettre l’équipe dans un état d’esprit de gagnant et de créer une culture de la victoire. Mon rêve est vraiment de gagner un tournoi avec cette équipe. »

Vermote affirme que ses joueuses sont dans « la meilleure forme qu’elles aient jamais eue » et qu’elles seront encouragées par le fait qu’elles ont déjà battu le Kenya et la Pologne dans la compétition de cette année.

Toutefois, le sélectionneur sait que les Polonaises seront une autre paire de manches sur leur propre terrain, d’autant plus qu’elles disputeront le dernier match de la première journée ; un moment fort pour elles.

La régularité récompensée

Pour en faire un bon souvenir, la Belgique doit toutefois surmonter la déception des Jeux européens de l’année dernière dans cette même enceinte, le stade municipal Henryk Reyman, lorsque ses rêves olympiques ont été anéantis par une quatrième place.

Belgium women's sevens
L’illustration montre le match de la deuxième poule de rugby à sept féminin entre la Belgique et la Roumanie lors de la cinquième journée des Jeux européens à Cracovie, en Pologne, le dimanche 25 juin 2023. BELGA PHOTO TEAM BELGIUM (Photo by TEAM BELGIUM / BELGA MAG / Belga via AFP) (Photo by TEAM BELGIUM/BELGA MAG/AFP via Getty Images)

Si les Belges y parviennent et décrochent leur billet pour Madrid, Vermote estime qu’il s’agira d’un exploit digne d’être célébré. Mais il tient à souligner que la qualification pour le barrage du SVNS n’est pas un aboutissement en soi.

« Si nous parvenons à nous classer parmi les quatre premiers de la deuxième division des World Series, cela signifie que nous avons fait preuve de régularité sur trois tournois », dit-il.

« Ce qui est tout à fait nouveau pour nous et ce qui serait vraiment un coup de chapeau aux filles et à leur capacité à repousser leurs limites, à changer le processus d’entraînement tout le temps et à apporter de la qualité.

« Ce serait donc une belle confirmation de tout le travail accompli si nous pouvions nous qualifier pour Madrid. Mais je vais être très honnête : l’objectif n’est pas de se qualifier pour Madrid.

« L’objectif est d’être en compétition pour atteindre les World Series et c’est là que je pense que nous pouvons une fois de plus montrer les capacités de cette équipe. »

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Mick Cleary: 'You could fill a shrink’s notepad with all sorts of theories as to why Eddie Jones is as he is.' Mick Cleary: 'You could fill a shrink’s notepad with all sorts of theories as to why Eddie Jones is as he is.'
Search