Joël Dumé sur l’arbitrage : « on a laissé le bon sens de côté »

Par Willy Billiard
Eben Etzebeth of South Africa leaves the field after being shown a yellow card by Referee Ben O’Keeffe as a 8-Minute window for a TMO Bunker Review begins during the Rugby World Cup France 2023 Quarter Final match between France and South Africa at Stade de France on October 15, 2023 in Paris, France. (Photo by David Ramos - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Cette Coupe du Monde de Rugby 2023 est celle où on a le plus parlé de l’arbitrage. « Et ce n’est jamais très bon signe », regrette Joël Dumé, le patron des arbitres de Rugby Europe. « On préfère parler du jeu et des joueurs que de parler des arbitres. »

ADVERTISEMENT

Invité à partager sa passion dans l’émission 100% UBB sur France Bleu Gironde le 19 décembre, le Girondin d’origine est revenu longuement sur cette Coupe du Monde de Rugby 2023 en France où l’arbitrage a été trop souvent au centre des discussions.

Le bunker : une mise en place trop rapide

Selon lui par exemple, le recours au bunker était, à la base, une bonne chose pour garder un certain rythme dans le match. « Vous savez, lorsque le jeu est arrêté et que l’on visionne sur le grand écran plusieurs fois la même phase de jeu, le public s’impatiente, tout le monde a un avis différent et ce n’est jamais très bon. Donc sur le fond c’était plutôt bien. Le problème vient des décisions prises et j’ai trouvé beaucoup d’incohérences dans les décisions prises », dit-il.

Related

« C’est un avis très personnel, mais je crois qu’on a été trop rapide dans la mise en place de ce bunker. Ce sont des gens qui se trouvaient délocalisés à Roland-Garros et qui avaient pour mission de revisionner des actes de jeu déloyal qui avaient été détectés par l’arbitre qui, lui, n’avait sorti qu’un carton jaune, et qui pouvait, dans un temps de huit minutes exactement, se transformer en carton rouge.

« Sur le fond, c’est incontestablement une bonne chose parce que ça a évité de trop longs arrêts de jeu (…). Mais ça a manqué de cohérence, d’unité et ça, incontestablement, c’est préjudiciable, ne serait-ce que pour la crédibilité de la compétition. »

La volonté d’extrême précision a été préjudiciable

Autre point noir relevé par celui qui était auparavant directeur national de l’arbitrage à la FFR, la volonté des instances d’être irréprochable sur les décisions d’arbitrage quitte à être trop précises dans les décisions.

Related

« Je crois que le fond du problème dans l’arbitrage de la Coupe du Monde a été l’extrême précision souhaitée par les instances. Quand je parle d’extrême précision, c’était le zéro erreur et être extrêmement précis », détaille Joël Dumé.

« En voulant être très précis, on a laissé le bon sens de côté. J’en veux pour preuve le fameux en-avant ou pas du quart de finale France-Afrique du Sud. Y a-t-il en-avant ou pas ? Je ne suis pas sûr qu’il y ait en-avant. »

Retour sur le terrain du Stade de France le 15 octobre 2023. A la 7e minute de jeu, alors qu’un essai semble être promis à la France qui n’a plus que cinq mètres à parcourir avant de plonger dans l’en-but, le deuxième-ligne Eben Etzebeth tente d’intercepter une passe de Damian Penaud à Thomas Ramos d’une main tendue.

ADVERTISEMENT

A vitesse réelle, tout le monde crie au en-avant volontaire du Springbok. De tels gestes ont d’ailleurs été sanctionnés la veille et le jour même. Sauf que le visionnage de la vidéo montre bien qu’il ne s’agit pas de cela.

« Il essaie de l’attraper à une main, et elle va en arrière », affirme, catégorique, l’arbitre Ben O’Keeffe aux Français qui ne comprennent pas. Mais le doute subsiste.

« Et effectivement, avec les images vidéo, on les a vues, revues, tout le monde a un avis divergent », reprend Joël Dumé.

« On ne sait pas s’il y a en-avant ou pas. En tout cas, le bon sens aurait voulu qu’on siffle un en-avant et un carton jaune. Et en sifflant un en-avant et un carton jaune, je ne suis même pas sûr que les Sud-Africains auraient râlé. C’était tellement évident ! C’était une décision de bon sens. »

ADVERTISEMENT

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

J
Jon 1 days ago
Why Sam Cane's path to retirement is perfect for him and the All Blacks

> It would be best described as an elegant solution to what was potentially going to be a significant problem for new All Blacks coach Scott Robertson. It is a problem the mad population of New Zealand will have to cope with more and more as All Blacks are able to continue their careers in NZ post RWCs. It will not be a problem for coaches, who are always going to start a campaign with the captain for the next WC in mind. > Cane, despite his warrior spirit, his undoubted commitment to every team he played for and unforgettable heroics against Ireland in last year’s World Cup quarter-final, was never unanimously admired or respected within New Zealand while he was in the role. Neither was McCaw, he was considered far too passive a captain and then out of form until his last world cup where everyone opinions changed, just like they would have if Cane had won the WC. > It was never easy to see where Cane, or even if, he would fit into Robertson’s squad given the new coach will want to be building a new-look team with 2027 in mind. > Cane will win his selections on merit and come the end of the year, he’ll sign off, he hopes, with 100 caps and maybe even, at last, universal public appreciation for what was a special career. No, he won’t. Those returning from Japan have already earned the right to retain their jersey, it’s in their contract. Cane would have been playing against England if he was ready, and found it very hard to keep his place. Perform, and they keep it however. Very easy to see where Cane could have fit, very hard to see how he could have accomplished it choosing this year as his sabbatical instead of 2025, and that’s how it played out (though I assume we now know what when NZR said they were allowing him to move his sabbatical forward and return to NZ next year, they had actually agreed to simply select him for the All Blacks from overseas, without any chance he was going to play in NZ again). With a mammoth season of 15 All Black games they might as well get some value out of his years contract, though even with him being of equal character to Richie, I don’t think they should guarantee him his 100 caps. That’s not what the All Blacks should be about. He absolutely has to play winning football.

5 Go to comments
FEATURE
FEATURE Murphy Walker: ‘It was the first time I have cried in front of the boys’ Murphy Walker: ‘It was the first time I have cried in front of the boys’
Search