Généralisation des protège-dents connectés en 2024

Par RugbyPass
The XV – Concussion

Au-delà de ce qui a été observé au cours de la Coupe du Monde de Rugby, une recherche en cours sur les protège-dents connectés (iMG) continue d’être examinée pour une éventuelle publication, cette fois-ci sous la forme d’une étude pilote concernant les joueurs d’élite.

ADVERTISEMENT

Cette étude fait suite à une précédente qui portait sur le rugby amateur en Nouvelle-Zélande. Celle-ci a été axée sur un groupe comprenant 92 joueurs d’élite et 72 joueuses d’élite qui ont utilisé l’équipement de protection iMG au cours de leur saison 2021/22.

La publication de l’article a été effectuée en novembre dans la revue Sports Medicine, offrant une analyse détaillée du taux d’événements d’accélération de la tête (HAE) et examinant également la probabilité que des actions telles qu’un plaquage ou un ruck soient à l’origine d’un HAE.

Taux de HAE plus élevé chez les hommes que chez les femmes

« Les deux conclusions les plus intéressantes de l’étude sont les suivantes », détaille le docteur Éanna Falvey, médecin en chef de World Rugby, dans une note interne.

« Les taux de HAE chez les hommes sont significativement plus élevés que chez les féminines. Par exemple, chez les hommes, les avants ont un HAE supérieur à 40 g une fois par joueur et par heure, comparativement à 0,3 par heure chez les avants dans le rugby féminin », remarque-t-il.

« D’autre part, les plaquages et les ballons portés sont également susceptibles de provoquer un HAE, tandis que les rucks sont beaucoup moins susceptibles d’entraîner un tel événement. Par exemple, un HAE de 40 g ou plus a été observé dans 3,6 % des courses, 3,4 % des plaquages et 1,7 % des rucks dans le rugby masculin. »

Incidence des commotions identiques chez les hommes et les femmes

« La raison pour laquelle ces résultats sont si intéressants est que nous savons, grâce à nos données cliniques et à nos études, que l’incidence des commotions cérébrales est similaire entre les hommes et les femmes, et que c’est le plaquage qui cause la plupart de nos commotions cérébrales », indique Éanna Falvey.

« Les féminines subissent un nombre similaire de commotions cérébrales malgré un nombre plus faible de HAE, ce qui suggère une susceptibilité aux résultats cliniques à une ampleur plus faible de HAE.

« Les plaqueurs sont beaucoup plus susceptibles de subir des résultats cliniques (commotions cérébrales) même s’ils subissent le même nombre de HAE par 100 plaquages que les porteurs de ballon. »

Recommandations à partir du 1er janvier

Comprendre ces choses peut être difficile, mais cela pourrait aider à savoir quels chocs causent des commotions cérébrales et quels chocs n’en causent pas. Cette connaissance pourrait aider à décider comment prévenir ces blessures dans le rugby.

ADVERTISEMENT

En attendant, le Groupe de travail sur les Commotions cérébrales mis en place par la fédération internationale – composé d’experts indépendants en matière de commotions cérébrales du monde entier, et le personnel médical et scientifique de World Rugby – a formulé un certain nombre de recommandations, lesquelles ont été approuvées par le Comité exécutif de World Rugby en novembre et sont entrées en vigueur le 1er janvier :

  • Il est recommandé d’utiliser des protège-dents pour l’ensemble du rugby
  • L’inclusion de protège-dents connectés (iMG) dans le protocole HIA en tant qu’indicateur pour une évaluation hors terrain. Cela s’appliquera à toutes les compétitions qui utilisent le processus HIA et ont en place les normes pour la santé des joueurs d’élite
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING 'You just can't do that' - Claims of foul play levelled at Etzebeth 'You just can't do that' - Claims of foul play levelled at Etzebeth
Search