Elite 1, le championnat féminin français mal aimé

Par Willy Billiard
Gabrielle Vernier

L’Angleterre a le Premiership Women’s Rugby depuis 1990 avec dix clubs qui a débuté le 19 novembre et dont les matchs sont retransmis sur un site dédié.

ADVERTISEMENT

La Nouvelle-Zélande a la Farah Palmer Cup depuis 1999 avec deux divisions (sept équipes dans le Premiership et six dans le Championship avec un système de promotion relégation) qui court de juillet à septembre. Les rencontres sont diffusées sur Sky Sport.

L’Australie aussi a son championnat national de rugby féminin, le Super W (depuis 2018) qui a remplacé le National Women’s Rugby Championship (depuis 1996) avec huit équipes. Les chaînes Stan Sport (payant) et Nine Network (gratuit) s’occupent de la retransmission.

L’Allemagne a la Women’s Rugby Bundesliga fondée en 1988, l’Italie la Eccellenza depuis 1991 et l’Ecosse la Scottish Womens Premiership depuis 2021.

La mère des championnats nationaux féminins : la France

Le championnat national de rugby féminin le plus ancien est en fait celui de la France, l’Elite 1, dont la création remonte à 1971 (on l’appelait le Top 8 entre 2015 et 2018) avec 12 équipes ; et sa petite sœur, Elite 2 (anciennement Élite 2 Armelle-Auclair de 2004 à 2018), lancée en 2004 et qui rassemble 11 clubs.

Le seul site dédié est hébergé par la fédération française de rugby (ainsi qu’une page Facebook). Aucun partenaire majeur ne sponsorise le championnat – contrairement aux autres cités plus haut ailleurs dans le monde qui bénéficient de gros sponsors – et les matchs ne sont retransmis nulle part (si ce n’est la finale sur France TV).

La nouvelle saison a débuté le 18 novembre… dans l’indifférence générale.

« C’est dur de ne rien voir venir pour notre championnat », regrettait l’internationale Gabrielle Vernier (trois-quarts centre de Blagnac) lors de la Nuit du rugby, alors interrogée par le média Actu Rugby.

« Notre championnat a de grosses difficultés à s’exposer, avec des éléments qui pourtant s’entraînent autant que nous. On joue partout en France, à Clermont, Montpellier, Bordeaux, Lyon, Lille. C’est l’équivalent du Top 14, mais il n’y a aucune visibilité, avec aucune diffusion à la télé. Les médias parlent très peu de l’Élite 1. »

Succès du rugby international féminin

Celle qui a été sacrée Meilleure Joueuse Internationale à XV de l’année lors de la 19e Nuit du Rugby s’avoue déçue du manque de médiatisation du championnat Elite 1 alors que le rugby féminin international cartonne.

ADVERTISEMENT

Il n’y a qu’à voir le succès du Tournoi des Six Nations dans les stades ou à la TV ou plus récemment le succès du WXV dans trois pays simultanément : WXV 1 en Nouvelle-Zélande, WXV 2 en Afrique du Sud et WXV 3 à Dubaï.

Que ce soit sur France Télévision pour le Six Nations ou sur les chaînes de TF1 pour le WXV, l’audience est toujours au rendez-vous.

« Nous, les internationales, on a la chance d’avoir la vitrine de l’équipe de France avec des stades combles », valide néanmoins « Gabi » Vernier.

« Mais tous nos efforts, on a l’impression que tout le monde s’en fout. C’est dur pour nous. Et puis ce n’est pas parce que les gens n’aiment pas le rugby féminin, car on voit que le XV de France Féminin est particulièrement suivi lorsqu’il joue. Notre championnat mériterait plus au niveau de la visibilité. »

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

Boks Office | Jesse Kriel reveals the hardest team he had to play at the Rugby World Cup

Big Jim Walks and Talks with Handré Pollard

My Best Half | Episode Two | Katelyn Vahaakolo & Patricia Maliepo

Bernard Jackman & Stuart Hogg | The Big Jim Show | Full Episode

Wildknights v Sungoliath

Beyond 80 | Episode 2

Rugby Europe Men's Championship | Georgia v Spain | Full Match Replay

WHISTLEBLOWERS

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

M
Morne 41 minutes ago
Thanks but no thanks, the All Blacks do not need to copy the Boks

Some further observations: Most Rugby lovers I know agree that the AB’s have been the gold standard for as long as anyone can remember - very few people disagree. The odd time that any other team has some sort of ascendency - there are always those (albeit the minority) NZ supporters that need to remind us of the AB’s glorious gold standard that anyone winning them is only down to a mixture of pure luck or some or other sinister reason or bias from match officials (or indeed the Universe). For reasons mentioned above, any other team with some ascendency over the AB’s (even if it is the 1st time in 100 years) may not receive a pat on the back and a well-done - as they only did so out of pure luck. In my opinion, if the Boks were in the same realm as the AB’s SF opponents - they would have been smashed also - whether with 14 or 13 or 12 players. But remember they were just “lucky”. As a Bok supporter, I will say this team has done our proud - despite losing some games along the way. Like the AB’s, the games the boks lose are 9/10 times one score games - this is a long way from hidings like 57 - 0…And in that we must be proud. Most of these type of articles - especially those focusing on the RWC final rather conveniently leave out any mention of Pieter Steph du Toit, or even Eben Etzebeth who won all their collusions all day long. So to those very very few bad loser AB supporters out there (definitely the minority) - I’ll say what you want to hear - the AB’s are without any doubt the best Rugby brand ever. They have consistently achieved what all other teams can only dream of. And no doubt they will scale those heights again. Now what about allowing others the odd ray of sunlight that comes our way?

216 Go to comments
FEATURE
FEATURE Levelling the playing field for state-school youngsters Levelling the playing field for state-school youngsters
Search