Eddie Jones de retour au boulot en janvier ?

Par Willy Billiard
Eddie Jones looks on as the Wallabies warm up. Photo by Julian Finney - World Rugby/World Rugby via Getty Images

Eddie Jones quittera officiellement ses fonctions de sélectionneur des Wallabies le 25 novembre 2023. Il a remis fin octobre sa lettre de démission à Rugby Australia, reprochant à la fédération de ne pas avoir tenu ses promesses d’apporter plus de ressources financières ainsi que d’avoir mené des réformes.

ADVERTISEMENT

Dans une interview accordée au quotidien national australien The Australian dans son édition du 13 novembre, celui qui se présente désormais comme un demandeur d’emploi assure qu’il devrait être de retour sur les terrains au début de l’année 2024.

Un club en France ?

« Je suis à la recherche d’un emploi », a-t-il déclaré. « Si le Japon venait à frapper à ma porte, je ne manquerais pas de discuter avec eux et quelques autres pays m’ont approché. Il y a un club européen qui s’intéresse à moi, alors je pense que d’ici janvier, je serai de nouveau en activité. »

L’ancien sélectionneur de l’Australie n’en a pas dit davantage sur son futur port d’attache, mais plusieurs sources avancent un club en France ou encore la sélection des Etats-Unis, des Fidji ou des Tonga.

« Je n’ai pas eu de discussions formelles avec eux (le Japon), tout le monde sait que des discussions ont lieu, comme j’ai eu une discussion ce matin avec le club, et ça ne veut pas dire que j’accepte le poste aussi, ça ne veut pas dire que je suis déloyal par rapport à ce que je fais maintenant », a poursuivi Eddie Jones.

« Parce qu’il y a des agents dans le monde qui ne cessent de sonner. Ils gagnent de l’argent en mettant les gens en relation. De mon côté, il n’y a rien de formel. Je n’ai rien fait de fâcheux et je n’ai pas été approché de manière formelle par le Japon… rien n’a changé à cet égard.

« Je suis à la recherche d’un emploi, car je suis au chômage. Cette année, je dois chercher un emploi et si c’est un péché… alors c’est une chose terrible que je fais. »

Un meilleur entraîneur aujourd’hui

Dans cet entretien, Eddie Jones a une fois de plus voulu défendre son point de vue. D’une part concernant son engagement total avec l’Australie pendant la Coupe du Monde de Rugby alors qu’on lui prêtait des discussions avec le Japon bien avant France 2023.

« L’Australie a été une énorme déception pour moi – et tout ce qui a tourné autour du Japon, pourquoi j’ai voulu emmener l’équipe la plus jeune à la Coupe du monde… », a-t-il concédé. « Oui nous avions l’équipe la plus jeune de la Coupe du Monde, pourquoi aurais-je fait ça, sinon ? Pourquoi aurais-je fait ça si je n’avais pas l’intention de rester à la tête de l’équipe ? Je ne suis pas idiot, j’avais l’intention de rester. Vu le niveau de jeu, il fallait que le système (de haute performance) change, sinon on aurait la même chose. »

ADVERTISEMENT

Autre ligne de défense, son bilan catastrophique à la tête des Wallabies, avec deux victoires seulement en neuf matchs, contre la Géorgie et le Portugal à la Coupe du Monde de Rugby 2023. Une expérience qui, assure-t-il, va lui servir.

« En termes d’expérience et d’apprentissage, plus on vieillit, meilleur est l’entraîneur », a-t-il indiqué. « Je suis un bien meilleur entraîneur que l’année dernière à la même époque. J’ai beaucoup appris de l’Australie. J’ai appris certaines choses que je n’aurais pas dû faire, certaines choses que je n’ai pas bien faites et je serai un meilleur entraîneur au prochain poste que j’occuperai. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Calls mount for Hoskins Sotutu allegiance switch with 3 possibilities Calls mount for Hoskins Sotutu allegiance switch with 3 possibilities
Search