Dupont envoie les Bleus en demi-finale

Par Jérémy Fahner
France's #25 Antoine Dupont scores a try despite the opposition of Great Britain's #24 Charlton Kerr during the HSBC World Rugby Sevens men's play-off match between France and Great Britain at the Metropolitano stadium in Madrid on June 1, 2024. (Photo by Pierre-Philippe MARCOU / AFP) (Photo by PIERRE-PHILIPPE MARCOU/AFP via Getty Images)

C’est un véritable quart de finale qui attendait l’équipe de France et la Grande-Bretagne, pour l’avant-dernier match de la journée.

ADVERTISEMENT

L’équation était simple et identique pour les deux équipes : une victoire, et l’aventure se poursuivait en demi-finale. Une défaite était la promesse de finir 3e de la poule, et d’un dimanche un peu moins gai. La France passera donc un premier week-end de juin à enjeu, après la victoire un peu miraculeuse obtenue après prolongations (17-12).

Un succès marqué du sceau d’Antoine Dupont, remplaçant au coup d’envoi mais doublement décisif durant les quelques minutes qu’il a disputées. Un essai en solo, une passe décisive pour Epée : sans lui, l’équipe de France aurait sans doute regardé les demi-finales depuis les tribunes, ce dimanche.

La première période a en effet été laborieuse pour les Français, toujours sans Antoine Dupont au coup d’envoi. Rapidement, Ross McCann surprenait les Bleus en bord de ruck. Il ramassait le ballon et partait petit côté (2e, 0-5).

Sans être mise en danger outre mesure, la France se retrouvait menée avant tout par son incapacité à être efficace. À l’image de l’essai refusé à Stephen Parez (4e) pour avoir fait tomber le ballon au moment d’aplatir, ou de la pénalité qui a suivi, gâché par un en-avant (5e).

Toutefois, les hommes de Jérôme Daret revenaient au meilleur moment : juste avant la mi-temps. Jordan Sepho posait un cadrage débordement tout en puissance pour se jouer de son défenseur (5-5 à la pause).

Des efforts annihilés par le carton jaune infligé à Théo Forner pour un plaquage sans les bras (9e). Dans la foulée, les Britanniques marquaient derrière une mêlée dans les 22 français par l’intermédiaire de Morgan Williams (9e, 5-12).

ADVERTISEMENT

La France avait bien du mal à approcher de la ligne britannique, et on s’acheminait doucement et tristement vers une 2e défaite française en trois matchs. C’est alors qu’Antoine Dupont est sorti de sa boite.

Related

Seul sur l’aile gauche, le Toulousain temporisait, fixait son défenseur, accélérait brutalement et raffûtait le pourtant solide Ferguson qui finissait les fesses dans le gazon. 60 m plus tard, Dupont marquait, et Rayan Rebbadj égalisait sur la transformation (14e, 12-12).

Une semaine après la prolongation en finale de Champions Cup entre Toulouse et le Leinster (31-22), Dupont jouait un autre extra time, pour une place en demi-finale de la Grande Finale du Sevens.

Et comme à XV, il a été décisif. En jouant vite une pénalité à la main, il semait la zizanie dans les rangs britanniques. Il fixait puis servait le supersonique Nelson Epée qui crucifiait la Grande-Bretagne (17-12).

ADVERTISEMENT

La France jouera la demi-finale, et elle peut dire merci à Antoine Dupont, dont l’entrée a été ultra décisive. Ce sera contre les Fidji, tandis que l’autre ticket pour la finale se disputera entre la Nouvelle-Zélande et l’Argentine.

Visionnez l'épisode exclusif de "Walk the Talk" où Ardie Savea discute avec Jim Hamilton de son expérience à la Coupe du Monde de Rugby 2023, de sa vie au Japon, de son parcours avec les All Blacks et de ses perspectives d'avenir. Regardez-le gratuitement dès maintenant sur RugbyPass TV.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 1 hours ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
FEATURE
FEATURE 'RFU would live to regret moral guardian angel Sinfield's departure' 'RFU would live to regret moral guardian angel Sinfield's departure'
Search