Dupont à Madrid pour la Grande Finale du Sevens

Par Jérémy Fahner
Antoine Dupont (C) va retrouver ses partenaires du Sevens dès ce mardi, à Madrid (Photo by Patrick T. Fallon / AFP) (Photo by PATRICK T. FALLON/AFP via Getty Images)

Heureusement, Toulouse est plus ou moins sur le chemin entre Londres et Madrid. Sacré champion d’Europe avec le Stade Toulousain, samedi aux dépens du Leinster (31-22 après prolongations), Antoine Dupont a eu tout juste de le temps de parader dans la Ville rose avant de mettre le cap sur la capitale espagnole dès lundi, pour rejoindre l’équipe de France de Sevens.

ADVERTISEMENT

Madrid est en effet le théâtre de la Grande Finale du circuit mondial du rugby à VII, pour ce qui sera le dernier événement de la discipline avant les Jeux Olympiques de Paris (16-31 juillet).

Il n’était pas certain que le demi de mêlée soit de la partie pour cette dernière répétition avant la grand-messe olympique. Son club avait prévenu : cela dépendrait de la situation de Toulouse en Top 14, à quelques encablures des phases finales.

Bien calés en tête du championnat avec dix points d’avance sur l’UBB, 3e, à deux journées de la fin de la phase régulière, les “rouge et noir” sont bien partis pour assurer une demi-finale à domicile. Il faut pour cela qu’ils prennent au moins un point sur les deux matchs restants. Par conséquent, Ugo Mola a accepté de lâcher son meilleur joueur aux Septistes ce week-end.

“Super Dupont” va donc rater le choc Toulouse – La Rochelle (dimanche 21h05), mais est assuré à 99 % de revêtir le maillot des désormais sextuples champions d’Europe pour aller le doublé Brennus – Champions Cup.

C’est d’ailleurs le technicien qui a lâché l’info ce week-end. Partie prenante du projet “Sevens” qu’Antoine Dupont mène en parallèle de sa carrière à XV depuis l’après Coupe du Monde 2023, le Stade Toulousain doit se réjouir de ce que cette parenthèse apporter à sa star.

Loué pour sa fraîcheur mentale et physique depuis son intermède nord-américain avec l’équipe de France de rugby à VII au début du printemps, Dupont a également étoffé sa panoplie technique. Cela s’est vu samedi face au Leinster à plusieurs reprises.

ADVERTISEMENT

Related

A Madrid, les Bleus ont déjà trois matchs à leur programme :

  • France – Australie le vendredi 31 mai à 19h05 ;
  • France – Argentine le samedi 1er juin à 17h51
  • France – Grande-Bretagne le samedi 1er juin à 20h55.

Le dimanche 2 juin auront lieu les matchs de classement et les phases finales (demi-finales, finale).

Le groupe France VII : Barraque, Capilla, Dupont, Epée, Forner, Grandidier, Iraguha, Joseph, Mazzoleni, Parez-Edo Martin, Pasquet, Rebbadj, Riva, Sepho.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 1 hours ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
FEATURE
FEATURE How can fraying Wallabies maul handle Springbok brawn? How can fraying Wallabies maul handle Springbok brawn?
Search