Chronique du Tournoi : les Anglaises sont trop fortes

Par Laura Di Muzio
BORDEAUX, FRANCE - 27 AVRIL : Tatyana Heard (Angleterre) charge pendant le match du Six Nations 2024 entre la France et l'Angleterre au Stade Chaban-Delmas, le 27 avril 2024 à Bordeaux, en France. (Photo par David Rogers/Getty Images)

Ce samedi après-midi, le stade Chaban Delmas de Bordeaux accueillait le match France – Angleterre, finale tant attendue du Tournoi des Six Nations féminin. Plus de 28 000 personnes s’étaient réunies au stade pour le Crunch, établissant ainsi un nouveau record pour un match féminin de rugby en France !

Les Anglaises, tenantes du titre depuis 2018 et jamais défaites par les Françaises depuis cette date partaient largement favorites pour ce Crunch et ont fait respecter la hiérarchie.

Un pragmatisme anglais imparable

La première mi-temps tourne vite à l’avantage des joueuses de Marlie Packer puisqu’elles ouvrent la marque dès le 5e minute par Cokayne et enfoncent le clou dix minutes plus tard sur ballon porté (0-14, 13e minute).

Dès lors, les Bleues, obligées de courir après le score, envoient du jeu ! Les Anglaises, peu habituées à ce type d’opposition, subissent et reculent. Pauline Bourdon-Sansus, dans la lignée de son Tournoi 2024, est à l’initiative de toutes les offensives françaises et relance son équipe. Par deux fois en première mi-temps, les Françaises trouvent la faille, d’abord par Vernier (18e) et ensuite par Marine Ménager (27e), à la conclusion d’une magnifique attaque en première main, qui mystifie la défense anglaise.

Face à face

5 dernières rencontres

Victoires
0
Nuls
0
Victoires
5
Moyenne de points marqués
18
27
Le premier essai gagne
60%
L'équipe recevante gagne
20%

Néanmoins, cela n’est pas suffisant pour contrarier les plans anglais, tant les Red Roses semblent sûres de leur force. Chaque incursion dans les 22 mètres français s’avère une occasion d’essai et par trois fois encore, elles franchiront la ligne d’en-but. (25e, 33e, 40e).

Malgré une supériorité dans les duels, les Anglaises ne cherchent pas à jouer. Elles patientent et se montrent chirurgicales proche de la ligne française, avec une efficacité écœurante dans l’exécution de leurs mauls.

A la mi-temps, les Bleues ont encaissé cinq essais, dont trois sur ballons portés, et le score est de 14 à 35.

Le sursaut tricolore

Dès le retour des vestiaires, on craint que celui-ci ne s’alourdisse rapidement puisque les Bleues se retrouvent à 14 contre 15 après le carton rouge de Khalfaoui (45e).

C’est sans compter le cœur énorme des Françaises qui vont mener une deuxième mi-temps de haut vol, contrariant tous les plans anglais.

En infériorité numérique, les joueuses de Gaëlle Mignot et David Ortiz, parviennent à museler leurs adversaires, qui se débarrassent rapidement du ballon au pied. Gabrielle Vernier et Romane Ménager sonnent la révolte en défense tandis que Bourdon-Sansus dynamise chaque action.

Et si les intentions ont changé de camp, les Anglaises affichent une sérénité déconcertante proche de leur ligne. Plusieurs fois acculées dans leur camp, elles avancent sur leurs duels défensifs, à l’instar d’Alex Matthews qui sera élue femme du match, et récupèrent de précieux ballons. Il faut attendre la 70e minute pour que Marine Ménager trouve la solution sur son deuxième essai. (21-35).

La réponse Anglaise ne se fait pas attendre puisque trois minutes plus tard, Matthews conclue un mouvement magnifique, parti du ballon récupéré sur le coup d’envoi (21-42, 73e)

Le réveil Français n’aura pas suffi et le score ne bougera plus : 21-42 en faveur des Anglaises, qui remportent leur sixième Grand Chelem d’affilée.

Occupation

29%
18%
27%
27%
Team Logo
Team Logo
54%
Occupation
47%

La bête noire des Bleues

Ce samedi, les Anglaises étaient trop fortes. Sans chercher à produire du jeu, elles ont fait ce qu’il fallait faire pour s’assurer la victoire, concrétisant chacun de leurs moments forts et exploitant chaque erreur française.

Les Bleues n’ont pour autant pas démérité : s’appuyant sur une conquête retrouvée, elles ont fait parler toutes leurs qualités offensives, avec notamment une capacité à faire jouer après contact, avec des soutiens toujours présents.

Malheureusement, il en faut plus pour faire tomber nos meilleures ennemies, qui ont parfaitement maitrisé leur rugby tout au long du Tournoi. Si les Françaises sont capables de produire un jeu rythmé, elles ont souvent manqué d’efficacité et perdu des ballons précieux sur leurs différents matchs. Les Anglaises, quant à elles, forment une machine rôdée, redoutable d’efficacité.

A dix-huit mois de la prochaine Coupe du Monde, ce Tournoi 2024 est riche d’enseignements et ce Crunch nous a prouvé que la défense des Red Roses n’était pas infaillible.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

FEATURE
FEATURE Final-round curveball may open door to Brumbies top-two finish Final-round curveball may open door to Brumbies top-two finish
Search