Chalureau risque jusqu’à huit mois de prison avec sursis

Par Willy Billiard
RUEIL-MALMAISON, FRANCE - SEPTEMBER 02: Bastien Chalureau looks on during the Rugby World Cup 2023 Welcome Ceremony for France on September 02, 2023 in Rueil-Malmaison, France. (Photo by Aurelien Meunier - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Mardi 14 novembre 2023, le deuxième-ligne de Montpellier Bastien Chalureau (31 ans, 7 sélections) comparaissait à nouveau devant le tribunal correctionnel de Toulouse suite au dépôt d’un recours contre sa condamnation pour des actes de violence à caractère raciste.

ADVERTISEMENT

Sur le fond, rien n’a changé en trois ans par rapport à la première audience du 20 octobre 2020 où le joueur comparaissait pour « violence sans ITT en raison de la race » et « violence avec ITT de moins de huit jours en raison de la race » suite à une agression dont il a été l’auteur dans la nuit du 30 au 31 janvier 2020 à Toulouse.

Related

Le matin même, il avait appris que le Stade Toulousain ne le retenait pas et sa journée avait terminé en boîte après avoir passé des heures à boire de la bière et de la vodka.

A la sortie, il avait pris à partie deux joueurs du Castres Olympique – Yannick Larguet et Nassim Arif – qui ont rapporté des propos racistes tenus par Chalureau, ce que l’intéressé a toujours nié. Notamment un « ça va les bougnoules » qui avait lancé les hostilités. Déchaîné, Bastien Chalureau n’avait été stoppé que grâce à l’intervention de l’un de ses amis qui réussit à le mettre KO.

Statu quo trois ans après

Comme trois auparavant, le parquet a maintenu les propos racistes et réclamé une peine huit mois de prison avec sursis ainsi qu’une amende. Et comme trois ans auparavant, Bastien Chalureau a assumé les faits de violence mais nié les propos racistes.

« Il y a un fond d’alcool dans cette histoire, c’est une certitude. Mais il n’existe aucune preuve du caractère raciste de ses propos », a rappelé Maître Mendel, avocat de Bastien Chalureau, auprès du Midi Libre.

Le verdict de la cour d’appel est prévu pour le 16 janvier 2024.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 1 hours ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
FEATURE
FEATURE ‘This one is about me’: Portia Woodman-Wickliffe targets fairytale ending in Paris ‘This one is about me’: Portia Woodman-Wickliffe targets fairytale ending in Paris
Search