Ce qui rend le tournoi de Vancouver si exceptionnel

Par RugbyPass
La capitaine de la Grande-Bretagne, Abbie Brown, célèbre un essai contre la Colombie lors de la deuxième journée du HSBC Canada Sevens au BC Place Stadium le 4 mars 2023 à Vancouver, Canada. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Dubaï et Hongkong sont les hauts lieux traditionnels du rugby à sept depuis sa création. Imprégnés de tradition et d’héritage, ces deux destinations sont appréciées des joueurs et des supporters.

ADVERTISEMENT

Cependant, depuis 2016, deux nouveaux venus sont entrés dans le jeu, et tout a changé – un peu comme au tennis lorsque l’émergence de Djokovic et Murray a créé le « Big Four » avec Federer et Nadal.

Le Cap et Vancouver sont arrivés en fanfare et continuent de conquérir le cœur des joueurs du circuit mondial. Chacun des quatre tournois est unique, mais laissez-moi vous expliquer pourquoi Vancouver – la quatrième étape HSBC SVNS 2024 – est si spécial.

Cette année, c’est la neuvième fois que le circuit mondial de rugby à sept fait étape à Vancouver – et j’ai eu la chance de participer à sept d’entre elles.

Chaque année, j’ai hâte de retourner au Canada et au BC Place. C’est le seul stade couvert des Series et c’est le siège des BC Lions de la Canadian Football League et des Vancouver Whitecaps FC de la Major League Soccer.

Une grande partie des joueurs diront que le HSBC SVNS Vancouver est leur étape préférée du circuit. Le week-end de compétition n’est que la partie émergée de l’iceberg de ce qui le rend si unique.

Cela peut sembler anecdotique de commencer par là, mais les lits de Vancouver sont les meilleurs de la tournée. Avec tous les déplacements et l’entraînement, le sommeil et la récupération sont si importants. Aujourd’hui encore, je rêve du bonheur que me procure la literie de Vancouver.

ADVERTISEMENT

Les autres équipements de l’hôtel sont fantastiques. La nourriture est exceptionnelle et variée, donnant un aperçu de la gastronomie locale. Il y a une salle de jeu qui rassemble les joueurs – je me souviens d’un match de tennis de table Pays de Galles/Espagne très disputé.

L’hôtel est situé au cœur du centre-ville et donne vraiment une idée de la vie à Vancouver. C’est un endroit où l’on peut travailler pendant la journée, prendre un bus pendant 20 minutes et skier le soir. Vancouver est la seule destinations « froide » du circuit et tout le plaisir est de revenir dans un hôtel extraordinaire.

Les montagnes sont l’un des points forts du voyage. Elles s’élèvent de la mer pour former des géants aux capes blanches. Pour les joueurs de certaines équipes, c’est même leur première expérience de la neige – et il existe une vidéo légendaire de l’équipe fidjienne sur Grouse Mountain lors du premier tournoi.

De là, un court trajet en bus mène au pont suspendu de Capilano, qui offre une vue incomparable sur la forêt dense surplombant un fleuve en furie. Ce fleuve se jette dans la mer et il y a de nombreuses plages où l’on peut se baigner – c’est très frais – après une séance. La plage d’English Bay est l’une des préférées des joueurs et constitue également un endroit idéal pour un coucher de soleil.

ADVERTISEMENT

Les activités ne manquent pas dans la ville, avec l’exploration de Gastown, qui possède l’une des rares horloges à vapeur encore en activité dans le monde.

Si vous voulez voir la ville d’en haut, il y a Flyover Canada, une expérience interactive sur le front de mer – ou vous pouvez prendre un hydravion pour de vrai.

Une année, nous avons également essayé le curling, mon sport favori tous les quatre ans, à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver.

Le Stanley Park est idéal pour une promenade à pied ou à vélo autour de la fortification du port. Il a également servi de lieu de tournage pour les films de la série Twilight. Chaque année, nous tombons d’ailleurs sur le décor d’un nouveau film en ville.

La meilleure activité de la ville consiste peut-être à explorer les nombreux cafés et marchés après une dure séance d’entraînement. Mes deux préférés sont les beignets à l’ancienne du 49th Parallel Cafe et le bagel au bœuf salé du Granville Island Market.

Pour moi, une grande partie des voyages dans le cadre des Series consiste à rendre visite aux communautés locales et le tournoi de Vancouver, en ce sens, est incroyable. Toutes les écoles que nous avons visitées nous ont fait sentir les bienvenus et les joueurs ont adoré les rassemblements et les séances d’entraînement.

Les deux moments forts des tournois auxquels j’ai participé ont été la visite de la Ronald McDonald House, une organisation caritative qui offre un lieu de vie aux familles dont les enfants passent de longs séjours à l’hôpital.

Le deuxième ? La découverte de l’histoire, de la culture, de l’art et de la musique des Premières nations lors de plusieurs voyages à l’occasion du photocall des capitaines. Les organisateurs du SVNS Vancouver se mettent en quatre pour faire vivre aux joueurs une expérience inoubliable.

Enfin, si l’on considère le week-end du tournoi lui-même, le terrain artificiel intérieur permet de vivre des matchs encore plus rapides et plus techniques pour les fantastiques supporters. Ils arrivent par milliers pour le premier match, déguisés, et ne partent que bien après le dernier coup de sifflet de la finale.

Ils font preuve d’une hospitalité chaleureuse en soutenant chaque équipe sur le terrain, ce qui crée une ambiance vraiment fun et dynamique. Les installations du tournoi sont exceptionnelles pour les joueurs, qu’il s’agisse des vestiaires, de la nourriture ou des zones de récupération.

Et une fois le tournoi terminé, le stade ne se trouve qu’à quelques minutes de marche de la vie nocturne du centre-ville. Toutes les équipes se rendent généralement au Roxy, que je recommande vivement à tous ceux qui viendront cette année.

J’espère que cet article vous a permis de comprendre pourquoi tant de joueurs aiment Vancouver. Cette ville occupera toujours une place particulière dans les souvenirs de ma carrière.

Une année, le capitaine de l’Irlande Harry McNulty et moi-même sommes restés une semaine après le tournoi et sommes allés un peu plus loin, à Whistler et sur l’île de Vancouver. Je ne pensais pas que le tournoi pouvait être meilleur, mais Vancouver ne cesse de séduire.

Par Luke Treharne

ADVERTISEMENT

Join free

Chasing The Sun | Series 1 Episode 1

Fresh Starts | Episode 2 | Sam Whitelock

Royal Navy Men v Royal Air Force Men | Full Match Replay

Royal Navy Women v Royal Air Force Women | Full Match Replay

Abbie Ward: A Bump in the Road

Aotearoa Rugby Podcast | Episode 9

James Cook | The Big Jim Show | Full Episode

New Zealand victorious in TENSE final | Cathay/HSBC Sevens Day Three Men's Highlights

Trending on RugbyPass

Commentaires

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

m
mitch 1 hours ago
The Wallabies team Joe Schmidt must pick to win back Bledisloe Cup

Rodda will be a walk up starter at lock. Frost if you analyse his dominance has little impact and he’s a long way from being physical enough, especially when you compare to Rodda and the work he does. He was quite poor at the World Cup in his lack of physicality. Between Rodda and Skelton we would have locks who can dominate the breakdown and in contact. Frost is maybe next but Schmidt might go for a more physical lock who does their core work better like Ryan or LSL. Swain is no chance unless there’s a load of injuries. Pollard hasn’t got the scrum ability yet to be considered. Nasser dominated him when they went toe to toe and really showed him up. Picking Skelton effects who can play 6 and 8. Ideally Valetini would play 6 as that’s his best position and Wilson at 8 but that’s not ideal for lineout success. Cale isn’t physical enough yet in contact and defence but is the best backrow lineout jumper followed by Wright, Hanigan and Swinton so unfortunately Valetini probably will start at 8 with Wright or Hanigan at 6. Wilson on the bench, he’s got too much quality not to be in the squad. Paisami is leading the way at 12 but Hamish Stewart is playing extremely well also and his ball carrying has improved significantly. Beale is also another option based on the weekend. Beale is class but he’s also the best communicator of any Australian backline player and that can’t be underestimated, he’ll be in the mix.

8 Go to comments
FEATURE
FEATURE Charlie Cale may be the answer to Joe Schmidt's back-row prayers Charlie Cale may be the answer to Joe Schmidt's back-row prayers
Search