Après sa défaite face à la Belgique, le Portugal redescend sur terre

Par Jon Newcombe
TOULOUSE, FRANCE - 08 OCTOBRE : Les fans du Portugal célèbrent la première victoire de leur équipe en Coupe du Monde après le match de la Coupe du Monde de Rugby France 2023 entre les Fidji et le Portugal au Stadium de Toulouse le 08 octobre 2023 à Toulouse, France. (Photo par Laurence Griffiths/Getty Images)

Le mandat de Daniel Hourcade ne pouvait pas plus mal commencer que la défaite 10-6 à Mons lors de la première journée du Rugby Europe Championship 2024 samedi 3 février, retransmise en direct sur RugbyPass TV.

ADVERTISEMENT

Pour remettre les choses dans leur contexte, il y avait huit places et près de 13 points d’écart entre le Portugal et les Fidji, mieux classés, dans le classement mondial World Rugby masculin présenté par Capgemini, lorsqu’ils se sont affrontés lors de la Coupe du Monde de Rugby 2023, contre 16 places et un peu plus de 18 points d’écart entre Os Lobos et la Belgique, de faible niveau.

Avec 4 500 spectateurs, le stade Charles-Tondreau était en ébullition alors que les Diables Noirs, qui étaient loin d’être favoris, faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour tenir tête à un Portugal désorganisé, dont les mauvaises décisions n’avaient rien à voir avec le jeu fluide qui avait séduit tout le monde en France.

Les Diables Noirs s’étaient d’entrée retrouvés en difficulté avec un retard de 0-3, mais ont réussi à inverser le cours du match grâce à un essai de Hugo De Francq à la 6e minute, puis par une pénalité de Florian Remue à la demi-heure de jeu. Le score à la mi-temps était de 10-6, et il est resté inchangé jusqu’à la fin du match, marqué par la performance impressionnante des Belges.

La Coupe du Monde qui a changé le rugby portugais

Si l’on revient quelques mois en arrière, l’histoire est bien différente.

Les exploits du Portugal à la Coupe du Monde de Rugby 2023 en France ont fait sortir le rugby des dernières pages des journaux, et l’ont même fait entrer dans les premières, ce qui a conduit le groupe à rencontrer des rois du sport comme Cristiano Ronaldo lorsqu’ils ont été invités par l’équipe nationale de football portugaise pour leur match contre la Slovaquie.

Le capitaine Tomás Appleton et le reste de l’équipe ont été surpris par ce regain d’intérêt, mais pas de manière négative. Jeune papa d’une petite fille, Tomás a su faire preuve d’une grande humilité et d’un grand sens de l’humour, considérant qu’il était de leur devoir d’être les ambassadeurs d’un sport qui a besoin de toute la publicité possible pour surfer sur cette exposition soudaine.

Des souvenirs gravés à jamais

Avant le revers en Belgique, il déclarait : « Je n’oublierai jamais l’accueil à l’aéroport. Nous sommes arrivés et nous avons eu du mal à nous frayer un chemin au milieu de tous ces gens. Il y avait des milliers d’enfants autour de nous qui demandaient des autographes, ils me tiraient, les journalistes et la télévision me tiraient, et tout le temps je voyais ma famille et mes amis au fond. Je voulais juste être avec eux, mais je n’ai pas pu, pas pendant longtemps, mais tout s’est bien passé. »

Tomás Appleton ne peut plus se promener dans la rue ou prendre un repas en famille dans un restaurant sans être arrêté et qu’on lui demande un autographe, mais, curieusement, il ne considère pas cela comme un fardeau fastidieux, bien au contraire.

ADVERTISEMENT

Même s’il est heureux de recevoir des éloges, il est le type de personnage qui prendra le résultat d’hier contre la Belgique comme un retour sur terre.

Un style de jeu propre

« Je pense qu’il y a plusieurs raisons pour lesquelles les supporters apprécient vraiment le Portugal. Bien sûr, nous sommes arrivés à la Coupe du monde en tant qu’outsiders – personne ne s’attendait à ce que nous gagnions un match, nous avons un style de jeu très attrayant, et comme nous sommes en grande partie des joueurs amateurs, cela donne une raison aux gens de nous encourager”, remarque-t-il.

« En fin de compte, nous le faisons pour la passion et l’amour que nous avons pour notre nation et pour l’amour que nous avons les uns pour les autres en tant qu’amis. Je pense que cela se voit à notre façon de jouer.

« La Coupe du monde est une chose dont nous sommes tous très fiers, c’est pour ça que ce serait impossible pour les joueurs de ne pas rendre l’amour aux supporters.

« Même aujourd’hui, trois ou quatre mois plus tard, on me reconnaît encore dans la rue et au restaurant. C’est bien que les gens reconnaissent vos efforts.

ADVERTISEMENT

« J’ai signé des milliers d’autographes lors de la Coupe du monde, alors que je n’en avais pratiquement jamais signé auparavant.

« La Coupe du Monde de Rugby a fait une énorme différence, nous avons vu beaucoup plus d’enfants commencer à jouer au rugby. C’est très important pour nous, au sein de l’équipe nationale, d’être une source d’inspiration pour les enfants. »

Approché par des agents, il décline

En tant que figure de proue de l’équipe portugaise, Tomás Appleton a logiquement suscité beaucoup d’intérêt d’ordre commercial, tandis que quelques clubs professionnels l’ont sondé sur la possibilité de le recruter à plein temps.

Cependant, le joueur de 30 ans, qui compte 66 capes et 16 essais à son actif, est heureux de continuer à jongler entre les exigences de son travail et celles du rugby.

« J’ai été en contact avec des agents, mais je n’ai reçu aucune offre qui m’aurait amené à repenser ma vie et à quitter le Portugal », révèle-t-il.

« Je ne dis pas que je ne le ferais jamais, mais l’offre doit vraiment compenser le fait que je déménage avec ma femme et ma fille pour une nouvelle aventure. »

Tomás Appleton poursuit sa carrière de dentiste

Appleton préfère redonner au rugby plutôt que de prendre, ce qui est peut-être la raison pour laquelle il se spécialise dans les implants plutôt que dans la chirurgie du canal radiculaire dans son travail quotidien de dentiste.

Deux semaines après la fin de la superbe campagne du Portugal à la Coupe du Monde de Rugby, Appleton a recommencé à traiter des patients dans sa clinique de Lisbonne, mais à part cela, la vie n’a jamais été la même.

L’une des différences, outre le fait qu’il soit scruté, est la composition de l’équipe du Portugal. Si les deux tiers environ de l’effectif de la Coupe du Monde de Rugby sont toujours en place, des figures clés comme le demi de mêlée Samuel Marques et le talonneur Mike Tadjer ont pris leur retraite du rugby international.

« Nous avons beaucoup de défis à relever avec ce nouveau groupe, avec beaucoup de nouveaux joueurs qui arrivent, beaucoup de joueurs plus âgés qui ont décidé de ne plus jouer, donc c’est une relance de l’équipe avec un nouveau staff », rappelait Appleton, peu de temps avant le match contre la Belgique.

« Daniel Hourcade est arrivé en tant qu’entraîneur et il a beaucoup d’expérience, en particulier avec l’Argentine, donc nous sommes très confiants dans ce qu’il apporte à notre équipe. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Blues wary of falling into the Damian McKenzie trap in Super Rugby final Blues wary of falling into Damian McKenzie's trap
Search