Affaire des hymnes : les fédérations avaient validé

Par Willy Billiard
PARIS, FRANCE - SEPTEMBER 08: A general view of the inside of the stadium as players of New Zealand and France line up during the National Anthems prior to the Rugby World Cup France 2023 Pool A match between France and New Zealand at Stade de France on September 08, 2023 in Paris, France. (Photo by Henry Browne - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

C’est un couac dont les organisateurs de la Coupe du Monde de Rugby 2023 se seraient bien passés. Un couac qui a heurté les oreilles des 80 000 spectateurs du match d’ouverture au Stade de France vendredi 8 septembre, ainsi que dans d’autres stades au moment des hymnes.

ADVERTISEMENT

Le projet, porté par l’ancien directeur général de la RWC 2023 Claude Atcher, était pourtant louable : interpréter les hymnes des vingt équipes en lice par des chorales d’enfants. Au plus fort du projet, près de 7000 jeunes chanteurs étaient engagés dans ce projet artistique porté par le chanteur Mika, parrain de la « mêlée des chœurs », et l’Opéra-comique.

Mais l’idée de base – interpréter un hymne en version « canon » – a pu « désorienter », comme l’a malicieusement commenté Jacques Rivoal, président de France 2023, les supporters. D’où la polémique qui s’en est suivie avec des commentaires négatifs sur les réseaux sociaux qui a obligé les organisateurs à revoir leur copie.

Désormais la version en canon sera abandonnée et les fédérations auront le choix entre la version chantée par les enfants (enregistrée) ou la version classique.

« Les retours des fédérations consultées sont positifs », a néanmoins précisé Julien Collette, Directeur général de France 2023.

« Les enfants seront quand même présents dans les stades. Aujourd’hui, le scénario est que toutes les fédérations choisissent les versions enregistrées, en phase avec les fans et les équipes. Ce travail préserve les voix des enfants. Nous attacherons une grande importance à que les enfants et leurs encadrants soient bien accueillis dans les stades.

« La version canon était artistiquement très promue par l’Opéra-comique, testée par des répétitions et validée par les fédérations. Chaque version avait été validée en amont par les fédérations. L’effet ‘reprise en chœur’ par les 80 000 fans au Stade de France vendredi dernier a créé un peu de confusion dans l’expérience et a incité à prendre cette décision de permettre de bénéficier d’une version plus en phase avec les spectateurs, sans avoir cet effet de juxtaposition de voix. »

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Be the first to comment...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Carter Gordon's defection makes little difference to the Wallabies in 2024 Carter Gordon's defection makes little difference
Search