Debrief : Malgré le contexte, les Bleus s'en sortent en Uruguay

Par Jérémy Fahner
Uruguay (blue) and France (white) players compete in a scrum during the Rugby Union test match between Uruguay and France at the Charrua Stadium in Montevideo on July 10, 2024. (Photo by Eitan ABRAMOVICH / AFP) (Photo by EITAN ABRAMOVICH/AFP via Getty Images)

Dans un contexte tendu par les affaires extrasportives qui polluent la tournée des Bleus en Amérique du Sud, l’équipe de France dite de « développement » a battu l’Uruguay, ce mercredi soir à Montevideo.

ADVERTISEMENT

Avec une équipe complètement remaniée par rapport à celle alignée à Mendoza contre l’Argentine samedi, ces Bleus expérimentaux n’ont pas eu la partie facile.

Rencontre
Internationals
Uruguay
28 - 43
Temps complet
France
Toutes les stats et les données

Même s’ils ont été menés au score tout au long de la rencontre, los Teros ont été à hauteur de l’affiche, l’Uruguay n’ayant pas souvent l’occasion d’accueillir une top nation.

Les Bleus, dominants devant, ont rapidement creusé l’écart en première période (17-0, 20e). Mais los Teros, à l’image de ce qu’ils avaient montré durant la dernière Coupe du Monde, se sont accrochés et sont revenus à 23-14 en début de deuxième période.

L’entrée de Posolo Tuilagi redonnait de l’air aux Bleus. Le colosse de l’USAP faisait deux tout-droit sur 40 m pour un doublé qui n’a pas fini de tourner sur les réseaux sociaux (60, 63).

Fidèle à elle-même, l’Uruguay ne lâchait rien et profitait d’une relance kamikaze des Bleus pour inscrire un essai casquette qui ne manquera pas de faire râler Fabien Galthié 43-21, 64e).

Puis en fin de match, les locaux égalisaient même au nombre d’essais (4 partout) sur une mêlée enfoncée à 5 m de la ligne bleue, récompensée d’un essai de pénalité (43-28, 78e).

Les Bleus voulaient gagner

On aurait pu croire que l’équipe de France allait privilégier le jeu pour ce match semi amical sur le terrain de la 17e nation au classement World Rugby. Mais en désignant les poteaux dès la 7e minute, les Bleus ont montré qu’ils étaient là avant tout pour gagner. Au total, Léo Berdeu a passé cinq pénalités : 15 points qu’on retrouve à l’arrivée.

Couilloud sur la lancée

Le demi de mêlée du LOU a montré qu’il n’avait rien perdu de ses qualités de finisseur en traversant l’Atlantique. Le meilleur marqueur d’essais du Top 14 (17) a inscrit un doublé en première période dans le plus pur style de puncheur.

Tuilagi en mode bulldozer

Si le public uruguayen ne connaissait pas encore Posolo Tuilagi, il a payé pour voir. Entré à la 59e, le 2e ligne avait planté deux essais quatre minutes plus tard. Deux essais venus conclure des courses de 30 m où le colosse d’origine samoane joue au Culbuto avec ses adversaires dans un fascinant mélange de puissance pure et de technique, le 2e ligne frisant les 150 kg se permettant en pleine course de changer le ballon de main pour raffûter d’un côté, puis de l’autre, des adversaires tombés comme des mouches.

ADVERTISEMENT
Posolo Tuilagi dans ses oeuvres : il a inscrit deux essais sur deux longues courses plein champ, inarrêtable (Photo by EITAN ABRAMOVICH/AFP via Getty Images).

Beria s’est montré

Giorgi Beria n’a pas raté sa première apparition en bleu, ou plutôt en blanc pour le coup. Le pilier gauche d’origine géorgienne (24 ans) a tenu la barraque en mêlée et a montré de belles dispositions balle en main, à l’image de cette passe après contact pour l’autre pilier, Thomas Laclayat, qui a initié l’action du premier essai de Couilloud. La blessure précoce de Laclayat l’a contraint à disputer 80 min. C’était sans doute trop, la mêlée bleue prenant de plus en plus l’eau en fin de match. Mais ça n’occulte pas sa performance globale.

L’Uruguay en mode Coupe du Monde

Baptiste Couilloud, le seul Bleu aligné à Montevideo déjà titulaire en Coupe du Monde face à l’Uruguay, n’a pas dû être dépaysé. En effet, onze des titulaires ce mercredi l’étaient aussi à Lille, le 14 septembre dernier. En étirant la comparaison au banc des remplaçants, 20 des 23 Teros étaient en France l’automne dernier. Et déjà, ils avaient fait plus qu’embêter les Bleus vainqueurs sans relief (27-12).

Le deuxième ligne des All Blacks Brodie Retallick échange avec Jim Hamilton dans le dernier épisode de Walk the Talk, évoquant la vie au Japon, la RWC 2023 et l'avenir des All Blacks. Regardez maintenant gratuitement sur RugbyPass TV

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 5 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

5 Go to comments
TRENDING
TRENDING Ulster part ways with coach just days before preseason starts Ulster part ways with coach just days before preseason starts
Search