Les Fijiana bientôt entraînées par une femme ?

Par RugbyPass
DUBAI, ÉMIRATS ARABES UNIS - 27 OCTOBRE : Tavaita Rowati, préparatrice physique des Fidji, avant le match du WXV 3 2023 entre le Kazakhstan et les Fidji au stade The Sevens Stadium le 27 octobre 2023 à Dubaï, Émirats arabes unis. (Photo par Christopher Pike - World Rugby/World Rugby via Getty Images)

Tavaita Rowati, une pionnière en devenir, a pour objectif de devenir la première femme entraîneur de l’équipe nationale Vodafone Fijiana 15, assure la fédération fidjienne de rugby sur son site internet.

ADVERTISEMENT

Sa déception suite à sa mise à l’écart par une blessure au genou en 2018, lui a offert une opportunité inattendue de rejoindre l’équipe nationale d’entraîneurs des Fidji.

Rowati avait déjà commencé à entraîner tout en jouant, et n’était que la deuxième femme entraîneur à obtenir un diplôme d’entraîneur de niveau trois, après avoir obtenu un diplôme universitaire en sciences du sport.

Les Fidji ont judicieusement décidé de mettre à profit l’expérience de Rowati pendant sa période d’inactivité pour cause de blessure, en la nommant préparatrice physique de l’équipe nationale féminine, un rôle qui s’est depuis élargi à celui d’entraîneure adjointe.

Sa blessure, un mal pour un bien

« Lorsque j’ai obtenu mon diplôme en 2008, il n’y avait pas beaucoup d’entraîneurs aux Fidji qui voulaient entraîner une équipe féminine, alors j’ai saisi l’opportunité parce que j’avais les connaissances nécessaires pour jouer dans une équipe », explique Tavaita Rowati.

« J’ai commencé à entraîner dans mon club tout en continuant à jouer. En 2018, j’ai eu une blessure au genou et j’ai eu l’opportunité d’être préparatrice physique de notre équipe nationale, en préparation des qualifications pour la Coupe du Monde Rugby Féminin. J’ai saisi l’occasion et j’ai poursuivi ma carrière d’entraîneure.

Après avoir remporté des honneurs internationaux en tant que joueuse, Rowati a déjà fait des progrès impressionnants en tant qu’entraîneur, mais elle reconnaît qu’elle a encore beaucoup à apprendre et qu’elle bénéficiera de sa participation à la Gallagher High Performance Academy.

« Je veux être un entraîneur efficace, apprendre tous les aspects du rugby et m’améliorer dans mon travail d’entraîneur. Je veux être une bonne dirigeante et avoir une orientation claire de ce que doit être le rugby féminin aux Fidji », dit-elle, sûre d’elle.

En passe d’être entraîneure adjointe

Actuellement inscrite au programme de stages pour entraîneures de World Rugby, elle affine ses techniques de leadership et de coaching, ce qui constitue une étape importante dans la formation de la prochaine génération de joueuses de rugby.

ADVERTISEMENT

« Le programme de stages pour entraîneures est financé par World Rugby pour soutenir les femmes entraîneures dans les programmes de haute performance, en les incitant surtout à assumer des rôles d’entraîneures dans les équipes nationales ; je suis très honorée de faire partie de ce programme », explique Rowati sur le site de la fédération fidjienne de rugby.

Une formation importante qui la fait évoluer lentement vers le rôle d’entraîneure adjointe des Fijiana après deux tournées la saison dernière. En attendant d’être la future entraîneure principale ?

Elle a dû faire sa place

Après avoir commencé son parcours dans le rugby en 2003 en tant que demie de mêlée fidjienne, l’amour de Rowati pour ce sport a été mis à mal par la perception qu’avait la société des femmes dans le rugby.

À une époque où le rugby était principalement considéré comme un sport d’hommes, elle a défié les aléas et représenté les Fidji à la fois dans le rugby à VII et le rugby à XV.

« Après avoir raccroché les crampons en 2018, j’ai créé mon propre club, “Striders Women”, et nous sommes devenues un club solide avec des jeunes femmes passionnées et dévouées », raconte-t-elle.

ADVERTISEMENT

Tavaita Rowati rappelle que son objectif était de faciliter les rêves de nombreuses jeunes filles aspirant à devenir des stars du rugby.

« La perception des filles jouant au rugby a changé au fil des ans, et je suis fière qu’un nombre de plus en plus important de jeunes filles s’intéressent au rugby.

« Je crois qu’avec mes expériences uniques en tant que joueuse et maintenant en tant qu’entraîneure, je veux former non seulement des athlètes techniques, mais aussi des personnes endurantes et autonomes », affirme-t-elle.

« Je sais que je suis utile et que je ne me contente pas d’atteindre des indicateurs de performance. C’est le moment de me montrer et de rendre à Fidji ce qu’il m’a donné. Je veux grandir dans cet espace et aspirer à quelque chose que je veux vraiment atteindre à l’avenir. »

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

TRENDING
TRENDING Frans Steyn makes waves with response to Israel Dagg comments Frans Steyn makes waves with response to Israel Dagg comments
Search