France 7 féminine peut confirmer sa soif de médaille à Madrid

Par Willy Billiard
Séance d'entraînement commune entre la France et l'Espagne avant le HSBC SVNS au Lycée français le 28 mai 2024 à Madrid, Espagne. Crédit photo : Mike Lee - KLC fotos pour World Rugby

Troisième en 2018, en 2022 puis en 2024, France 7 féminine ne cesse de confirmer sa place dans le Top 3 de l’élite du rugby à 7 international. Désormais sérieuse prétendante à une médaille olympique dans deux mois, elle sera plus qu’observée au tournoi de Madrid du 31 mai au 2 juin.

ADVERTISEMENT

Cette saison, l’équipe de France féminine de rugby à sept s’est qualifiée pour plus de finales de Cup – au Cap et à Vancouver – que jamais auparavant dans l’histoire du circuit mondial.

Avec 163 essais au total – dont 29 marqués par la seule Anne-Cécile Ciofani – les tricolores ont pulvérisé leur précédent record de 135 essais qui courait depuis 2022. Rien qu’à Singapour, d’où elles sont reparties avec la médaille de bronze, les Bleues ont inscrit pas moins de 28 essais, soit un de plus que leur précédent record (27) obtenu à Séville en 2022 puis à Dubaï cette saison.

Comme leurs homologues du circuit masculin, elles prennent par surprise leurs adversaires pour marquer la plupart du temps par une relance rapide, source de 37% des essais, soit le troisième meilleur taux derrière l’Australie et la Grande-Bretagne.

Related

Une défense hermétique

Avec une moyenne de 7,4 offloads par match – et un record de 51 à Singapour ! – les Françaises sont les meilleures en termes de courses avec ballon (25,4 par match en moyenne) et troisièmes en termes de franchissements (un franchissement toutes les 6,5 courses).

Avec l’Australie, la France est l’équipe qui compte en moyenne plus de 20 visites dans les 22 adverses à chaque tournoi, même si leur taux de concrétisation n’est que de 79%, soit le 6e taux seulement.

Si la discipline leur fait toujours cruellement défaut et pourrait leur jouer de mauvais tours (14 cartons jaunes et 3,7 pénalités par match avec un record de 24 à Singapour), les Bleues n’ont pas chômé en défense avec en moyenne 16,1 plaquages par match et 83% de réussite (la troisième meilleure équipe).

ADVERTISEMENT

C’est ainsi que leur défense a été assez hermétique en n’encaissant que 11,1 essais en moyenne par étape cette saison et seulement huit à Singapour.

SUIVEZ LE TOURNOI DE MADRID EN FRANÇAIS SUR RUGBYPASS TV

Les adversaires

Le match contre les Fidji devrait les mettre en confiance puisque les filles de l’entraîneur David Courteix sont sur une série de cinq victoires remontant à Hamilton en 2023. Plus largement, elles n’ont plus perdu contre les Fijiana depuis Toulouse 2022.

Contre l’Irlande, ce ne sera que leur troisième match de la saison après un match de poule à Los Angeles et un quart de finale à Hongkong, tous les deux remportés haut la main (52-12).

ADVERTISEMENT

Mais l’adversaire redouté sera l’Australie, une équipe qu’elles ont battu cinq fois seulement depuis 2020, dont à Séville en 2022.

Pour performer au mieux, l’équipe retrouvera Lina Guérin, absente du circuit pendant deux ans et demi suite à de multiples blessures qui se sont enchainées. La dernière fois que Lina avait joué avec la France sur le circuit, c’était justement en Espagne, à Malaga en 2022.

L’équipe de France 7 féminine à Madrid :

  • Lina Guérin : 22 tournois
  • Anne-Cécile Ciofani : 20 tournois
  • Lou Noël : 19 tournois
  • Yolaine Yengo : 21 tournois
  • Valentine Lothoz : 19 tournois
  • Carla Neisen : 34 tournois
  • Shannon Izar : 29 tournois
  • Séraphine Okemba : 28 tournois
  • Chloé Jacquet : 8 tournois
  • Alycia Christiaens : 6 tournois
  • Marie Dupouy : 5 tournois
  • Lili Dezou : 14 tournois
  • Montserrat Amédée : 21 tournois

Related

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

T
Turlough 56 minutes ago
Jean de Villiers' three word response to 'best in the world' debate

This ‘raging’ debate is only happenning in media circles and has never been a topic in Ireland (although SA media are interested). It makes the media companies money I guess. SA are RWC champions and #1 ranked team although Ireland are back within a point there. The facts point to SA. For a lot of 2021 France beat ALL their rivals and Ireland similar in 2022-2023. It is not wrong to say that on such form either can be deemed to be the current best team if they have beaten all their rivals and ranked #1. The ‘have to have won a world cup’ stipulation is nonsense. The world cup draw and scheduling has been tailored to the traditional big teams since the start. The scheduling also which sees the big teams sheltered from playing a hard pool match the week before has also been a constant. It is extraordinary that for example France have made so many finals. Ireland who were realistically only contenders in 2023 were in a Pool with two other top 5 teams and had to play one of them 7 days before a quarter final against France or New Zealand. Always going to be a coin toss. Scotland’s situation was worse. New Zealand had great chances in 1995, 1999, 2007 but they could not win a tight RWC match. The first tight match they ever won was versus France in the 2011 final, literally they lost every other tight match before that. Some of those NZ teams around that era were #1 surely?

13 Go to comments
FEATURE
FEATURE Paris Olympics: Men's rugby sevens team-by-team guide Paris Olympics: Men's rugby sevens team-by-team guide
Search