Bastareaud : « Il faut beaucoup plus protéger les jeunes joueurs »

Par Willy Billiard
Mathieu Bastareaud sur le port de Toulon, fin mai 2024.

Il revient pour une saison 2 ! L’ancien trois-quarts centre international Mathieu Bastareaud (35 ans, 54 sélections) a resigné avec World Rugby Studios pour une deuxième salve d’entretiens intimes avec des stars du rugby, comme rarement on les a vus et entendus.

Lors de la première saison, Basta avait incité Baptiste Serin à se confier au sujet de la santé mentale des joueurs. Il avait reçu Enzo Hervé pour parler de ses racines gitanes et s’était entretenu avec Teddy Thomas qui est justement connu pour fuir les médias.

Quelle est la recette du BastaShow, à voir en exclusivité et gratuitement sur RugbyPass TV ? En un mot : la personnalité avant le sportif.

Related

« Au début, je ne me sentais pas vraiment à l’aise pour le faire », confie Mathieu Bastareaud à RugbyPass, alors que son ami Johnnie Beattie lui avait soumis l’idée d’animer un face à face en vidéo.

« Je venais d’arrêter (de jouer à Toulon, ndlr) et j’avais aussi envie de voir autre chose, de proposer autre chose. Après, je n’ai pas la prétention de révolutionner quoi que ce soit, mais j’avais aussi envie qu’on puisse voir des joueurs, des anciens joueurs, comme moi je peux les voir, de l’intérieur, leur côté authentique. Mais pas forcément leur parler que de rugby. Leur vraie personnalité, quoi.

« Je ne voulais pas faire des interviews, on va dire sportives, formatées, qu’on a tous l’habitude de lire dans les journaux ou voir à la télé. Je voulais faire quelque chose d’un peu décalé, qu’ils soient à l’aise aussi pour pouvoir se livrer.

« Je pense aussi que le fait que je les connais, ça les met à l’aise et ça les rassure. Et on a essayé de créer un climat comme ça. »

Le choix pas anodin des invités

Si la première saison a été intégralement tournée à Toulon, là où Bastareaud est manager au RCT au côté de son ami Pierre Mignoni – « on va dire que c’était la facilité », sourit-il – la deuxième saison devrait l’emmener sur d’autres terrains, à la rencontre de ces gloires présentes et passées.

« Dans le choix des invités, je veux des personnes qui aient une vraie personnalité ; une histoire à raconter, pas juste sortir des banalités, un parcours de vie qui peut parler à tout le monde », dit-il.

S’il préfère garder la surprise sur la liste à venir, Mathieu consent à distiller un nom qui lui tient à cœur, une personnalité qui lui fera face au cours des prochaines semaines : Yannick Nyanga.

Car selon lui, l’heure est venue de parler autrement de rugby. « J’ai parfois un peu l’impression qu’aujourd’hui on parle de beaucoup de choses pour noyer les vrais débats, les vrais enjeux », regrette-t-il.

La problématique de la santé mentale

Au premier rang desquels, par exemple, la santé mentale des joueurs, les rythmes infernaux des matchs qui s’enchaînent sur une saison, voire au-delà : les matchs du championnat, les tournées, la Champions ou Challenge Cup, le Tournoi…

« Les voyages, les entraînements, les matchs… C’est vraiment difficile à encaisser, même si on se prépare pour ça », dit celui qui, en tant que manager du RC Toulon, est désormais confronté à cette problématique au quotidien.

« Je pense qu’il faut beaucoup plus protéger les joueurs, en tout cas faire beaucoup plus de prévention au niveau des jeunes. L’année dernière par exemple j’ai eu la chance d’entraîner les U18 de Toulon. Ils arrivent avec des étoiles plein les yeux, ils arrivent en équipe première, mais on oublie un peu de leur dire que le rugby ne s’arrête pas au match du samedi diffusé sur Canal Plus.

« Il y a plein de choses difficiles à appréhender et je pense qu’il faudrait faire un effort pour bien préparer nos jeunes. Physiquement mais aussi mentalement parce qu’une carrière peut être très courte ou très longue. C’est un combat de tous les jours. »

Son plaidoyer pour protéger les jeunes

Doit-on aujourd’hui parler du rugby différemment ? Prendre plus en considération les à-côtés, alors que l’on semble mettre la performance en premier ?

« Pour moi, le rugby a toujours été un sport différent et il faut quand même garder ce côté humain », reprend Mathieu Bastareaud. « On reste un sport où on garde les pieds sur terre.

« On le voit, c’est un sport qui évolue, ne serait-ce qu’avec les règles. Chaque année il y a de nouvelles règles pour rendre le jeu plus attractif aux diffuseurs, aux supporters. Mais il faut arriver à trouver cet équilibre avec les joueurs aussi.

« Il y a des scores hauts, beaucoup de jeu, pas beaucoup de mêlées, plus de temps de jeu effectif, moins de temps morts… C’est très bien pour les diffuseurs. Ça va attirer les jeunes, c’est un sport attractif. Mais au niveau de la santé des joueurs, c’est là où il faut être vigilant.

« On le voit dans le Super Rugby qui est un peu le laboratoire des nouvelles règles. On veut moins de phases statiques parce qu’il y a moins de personnes qui connaissent le rugby et qui le regardent. Ils ne comprennent pas pourquoi le jeu s’arrête, pourquoi il y a des temps morts. Mais il faut rester vigilant sur l’intégrité physique des joueurs. »

Visionnez l'épisode exclusif de "Walk the Talk" où Ardie Savea discute avec Jim Hamilton de son expérience à la Coupe du Monde de Rugby 2023, de sa vie au Japon, de son parcours avec les All Blacks et de ses perspectives d'avenir. Regardez-le gratuitement dès maintenant sur RugbyPass TV.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

M
Mzilikazi 5 hours ago
Daugunu salvo shows why Wallabies work-rate is everything to Schmidt

Nice article, Brett, and good to be writing about a second win. I think Georgia will be far more testing. Tbh, I have not looked at their touring squad, but at full strength they are a far better and more dangerous team than they were at RWC France. They would have been disappointed they did not perform to full potential there. I think that the WB’s under Joe Schmidt have started soundly. Recovery from a serious setback always takes time. And the Jones era was that and more. I think the arrival of Les Kiss back to his native Qld. is a very positive factor, and the fact that he and Schmidt know each other well is a help. Players I think are much improved this year: Daugunu, who has blossomed with the Rebels, so credit to the coaching unit down there. Am pleased he will come back to the Reds. McReight is said to have put on up to 7 kgs since last season. His work rate has always been good, but it is his carrying into contact that has gone up. Now makes those critical one or two metres post contact very often. Is conceding fewer penalties now as his game matures. Rob Valetini was good last year, but is now a greater force this one. A really punishing ball carrier. Hunter Paisami is now a more controlled player. His carrying into contact is very impressive for an 80 kg man. Interestingly, if you saw Nick Bishops latest article, he has a team for RC with Kerevi at 12. Also Skelton in the team. Not sure if there will be o’seas players as early as RC though….but need them in by the EYOT games.

5 Go to comments
FEATURE
FEATURE 'RFU would live to regret moral guardian angel Sinfield's departure' 'RFU would live to regret moral guardian angel Sinfield's departure'
Search