L’Italie arrache un nul historique face à la France

Par Willy Billiard
LILLE, FRANCE - 25 FÉVRIER : Ange Capuozzo (Italie) s'échappe avec le ballon lors du match du Tournoi des Six Nations 2024 entre la France et l'Italie au Stade Pierre Mauroy, le 25 février 2024 à Lille, en France. (Photo par David Rogers/Getty Images)

C’est la première fois de l’histoire en 50 confrontations que l’Italie arrache le nul face à la France, 13-13. A 14 contre 15 pendant la moitié de la rencontre, la France a eu du mal à se défaire de son duel face à une Italie courageuse et engagée dans le défi physique. Pour les Français, c’est une défaite, pour l’Italie, une victoire.

ADVERTISEMENT

Face à une équipe de France joueuse (111 passes à 68 en première période, avec un ratio d’un coup de pied pour 10 passes à ce moment-là), qui jouait après contact mais qui manquait de précision, l’Italie a fait preuve de sang-froid et de défi physique dans une rencontre rugueuse.

L’Italie manque d’un poteau la victoire après avoir remporté une pénalité à la 80e.

Rencontre
Six Nations
France
13 - 13
Temps complet
Italy
Toutes les stats et les données

Des intentions, mais peu de finition. C’est le mal qui a rongé ce XV de France dans son entame de match. La France, qui avait non seulement l’avantage du terrain à Lille mais aussi le toss (côté du terrain et coup d’envoi) a rarement pu concrétiser les opportunités qui s’offraient à elle.

Une belle séquence d’ouverture rythmée emmenée par les avants français se concluait par un essai de Charles Ollivon aux pieds des poteaux à la 7e (7-0). Les autres points arrivaient trois minutes plus tard après une mêlée puissante conduite par un axe droit porté tout en douceur par les 300 kilos de Atonio et Tuilagi conduisant à la pénalité de Ramos (10-0). Mais derrière, ça n’a pas suivi.

Graphique d'évolution des points

Game ends in a Draw
Temps passé en tête
64
Minutes passées en tête
0
78%
% du match passés en tête
0%
78%
Possession sur les 10 dernières minutes
22%
0
Points sur les 10 dernières minutes
2

D’un côté les Italiens courageux ne se sont pas économisés en défense (112 plaquages à 51 en première période) malgré la puissance des avants lancés contre leurs lignes (impressionnant Tuilagi pendant 45 mn !).

Mais de l’autre côté, le manque de justesse des Bleus a fait capoter toute volonté de marquer. Entre les coups de pied trop longs de Matthieu Jalibert (sorti sur blessure au genou à la 35e) ou un en-avant, un ballon contré sur Paul Boudehent, un coup de pied à suivre mal ajusté de Penaud, un nombre incalculable de passes hasardeuses.

ADVERTISEMENT

Cette équipe de France manquait encore cruellement de connexion et de précision pour finir des actions bien engagées. Un seul essai dans les sept visites des 22 italiens.

Synthèse du match

2
Coups de pied de pénalité
2
1
Essais
1
1
Transformations
1
0
Drops
0
138
Courses avec ballon
113
5
Franchissements
4
19
Turnovers perdus
11
4
Turnovers gagnés
7

Les 22 français en revanche ont été relativement calmes avec seulement deux visites et trois points passés de 45 mètres par le demi de mêlée Martin Page-Relo après un carton jaune (transformé en rouge) sur Jonathan Danty, coupable d’un choc tête contre tête sur le trois-quarts centre Juan Ignacio Brex.

Obligés de jouer à 14, les Français n’ont pas pu trouver la solution en seconde période. Seul Thomas Ramos a pu ajouter trois points (45e). le coaching massif (sept entrée d’un coup) dans le temps suivant n’a pas apporté le sang neuf nécessaire.

Phases statiques

5
Mêlées
10
80%
% de mêlées gagnées
60%
16
Touche
15
94%
% de touches gagnées
93%
4
Renvois réussis
4
100%
% de renvois réussis
100%
ADVERTISEMENT

Après de multiples occasions manquées en première période, en seconde mi-temps, c’est surtout la défense tricolore qui a été sanctionnée et malmenée. L’Italie, elle, a déroulé son jeu.

Avec une pénalité de Paolo Garbisi à l’heure de jeu (13-6), un essai transformé d’écart avec l’avantage numérique à vingt minutes de la fin, ça se tente et l’Italie ne va pas s’en priver.

A la 70e, les Italiens remontent le terrain faisant preuve de justesse dans son jeu, obligeant les Français à défendre en reculant jusqu’à ce que Ange Capuozzo plonge côté gauche. Garbisi revient à hauteur des Français (13-13).

Et il faut remercier le terrain du Stade Pierre-Mauroy de Lille d’avoir pu limiter la casse avec son en-but bien trop petit qui aurait pu mener à un essai des Italiens (47e) et le poteau droit sur lequel s’est écrasée la transformation de Garbisi en fin de rencontre (sans parler du tee qui a mal tenu le ballon et qui a déstabilisé le botteur à qui il ne restait plus que dix secondes pour tirer).

Privée de ballon la plupart du temps (26% de possession dans les dix dernières minutes), l’Italie s’en sort avec les honneurs en évitant le naufrage du dernier match de poule en Coupe du Monde de Rugby 2023. La France a encore du travail à faire avant son déplacement à Cardiff le dimanche 10 mars.

Courses avec ballon par joueur

1
Monty Ioane
18
2
Cyril Baille
13
3
Damian Penaud
12
ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 8 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

8 Go to comments
FEATURE
FEATURE Ireland and South Africa share the same player development dilemma Ireland and South Africa share the same player development dilemma
Search