Les Bleuets face aux Baby Blacks : « On a forcément envie de faire le meilleur match de notre vie »

Par Willy Billiard
LE CAP, AFRIQUE DU SUD - 29 JUIN : La France U20 se regroupe avant le match du Championnat U20 2024 entre la France U/20 et l'Espagne U/20 qui s'est tenu au Cape Town Stadium au Cap, en Afrique du Sud. (Photo par Shaun Roy/World Rugby)

Ce match contre la Nouvelle-Zélande jeudi 4 juillet, les Moins de 20 ans français y pensent depuis longtemps. « C’est une première ; on ne sait pas encore si on jouera ou pas », confie Nathan Bollengier, l’ailier rochelais.

« Mais de préparer un match comme ça, déjà dans la tête, c’est quelque chose dont on rêve depuis qu’on est gamin. Il y a une pression positive qui est énorme et on a forcément envie de faire le meilleur match de notre vie. »

Rencontre
World Rugby U20 Championship
France U20
26 - 27
Temps complet
New Zealand U20
Toutes les stats et les données

La mise en bouche contre l’Espagne en ouverture de leur championnat du monde samedi 29 juin – remporté largement 49-12 – n’a pas complètement rassuré le staff tricolore sur la cohésion du groupe, mise à mal dans une année particulièrement contrariée entre les impératifs des clubs (de plus en plus de U20 jouent avec l’équipe première) et les exigences du XV de France.

« Il y a eu beaucoup d’imprécisons, beaucoup d’en-avants, beaucoup de turnovers sur les rucks (31 ballons perdus, ndlr) où on n’a pas su mettre l’intensité nécessaire pour garder nos ballons et construire le jeu », reconnaît Bollengier. « Mais il n’y a pas tout à gommer, certaines actions étaient intéressantes. Quand on arrive à mettre notre jeu en place, on arrive à faire de bonnes choses. Je pense qu’il faut que tout le monde soit un peu plus connecté pour qu’il y ait une vraie osmose qui se crée et que tout le monde aille à 100% à la ligne d’en-but. »

Un avis partagé par le talonneur espoir de l’USAP Lorencio Boyer Gallardo. « Il y avait de l’énervement et de la frustration parce qu’on n’a pas su se connecter correctement tous ensemble, mais au fur et à mesure il y a eu de bonnes actions. On est en train de chercher les connexions et petit à petit on arrive à être ensemble, à créer du jeu. C’est un match qui nous a permis de grandir », rassure-t-il.

Face à face

3 dernières réunions

Victoires
2
Nuls
0
Victoires
1
Moyenne de points marqués
39
24
Le premier essai gagne
67%
L'équipe recevante gagne
33%

Parmi les points forts, le première-ligne pointe la conquête qui, en mêlée principalement, a donné satisfaction (100%) au contraire de la touche, réussie à 85%. Soit l’inverse des Baby Blacks qui ont affiché un 78% de réussite en mêlée et un 100% en touche face au Pays de Galles.

« En termes de conquête – surtout la mêlée – c’était vachement bien, on s’est bien débrouillé. C’est un point fort, il faut les garder. Contre les All Blacks, il va falloir être présent là-dessus. En termes de touche c’était un peu plus compliqué. Mais on va continuer à se préparer pour être à 100% face aux Blacks », relève Lorencio Boyer Gallardo.

Phases statiques

5
Mêlées
12
100%
% de mêlées gagnées
92%
20
Touche
10
85%
% de touches gagnées
100%
7
Renvois réussis
3
57%
% de renvois réussis
75%

Lui-même s’attend à être littéralement en première-ligne – au cas où il serait retenu dans les 23 que va concocter le coach Sébastien Calvet – dans cette confrontation qui s’annonce puissante.

« C’est des garçons en face qui sont assez costauds, assez puissants et qui mettent beaucoup de vitesse dans leurs déplacements, leurs lancements de jeu ; il va falloir élever le curseur à ce niveau-là. Concernant la conquête, on a vu que c’était un peu 50-50 sur leur dernier match. Ce sont des matchs qui nous challengent. Il y a un gros engouement dessus », prévient-il.

Phases statiques

7
Mêlées
9
86%
% de mêlées gagnées
78%
19
Touche
16
74%
% de touches gagnées
100%
6
Renvois réussis
9
67%
% de renvois réussis
56%

Plus indisciplinés (15 pénalités contre 9 pour les Français sur leur premier match), les Néo-Zélandais ne sont pas non plus exempts d’auto-critiques après leur prestation face à un Pays de Galles accrocheur qui n’a pas donné le même visage que lors du dernier Tournoi des Six Nations (la France avait alors gagné 45-12).

« Ce match, on le prépare déjà depuis quelques semaines », assure Nathan Bollengier. « C’est un match important parce que ça va dicter la suite de la compétition pour nous. Il ne va pas falloir se fier à ce qu’on a fait contre l’Espagne, chaque match est différent.

« Il y a quelque chose en train de se créer. Tout le monde est de plus en plus connecté, fait de plus en plus d’efforts. Ça va être un gros match. Comme nous disent les coachs, c’est dans les grands matchs qu’on voit les grands hommes. On va tous élever notre curseur pour faire la meilleure prestation possible. »

Pour l’heure, sur le plan comptable, la France est en tête de la Poule A à la différence de points face à la Nouvelle-Zélande. Le format de la compétition est tel que seuls les premiers et le deuxième meilleur de la poule poursuivront en demi-finale. Ce deuxième match du championnat sera donc déjà déterminant pour la suite.

Regardez le Championnat U20 World Rugby en direct et gratuitement sur RugbyPass TV. S'inscrire ici dès à présent
*Non disponible en Afrique, Nouvelle-Zélande, Fidji, Samoa, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Tonga.

ADVERTISEMENT

Join free

LIVE

{{item.title}}

Trending on RugbyPass

Commentaires

0 Comments
Soyez le premier à commenter...

Inscrivez-vous gratuitement et dites-nous ce que vous en pensez vraiment !

Inscription gratuite
ADVERTISEMENT

Latest Features

Comments on RugbyPass

f
finn 6 hours ago
Ireland and South Africa share the same player development dilemma

What a difference 9 months makes! Last autumn everyone was talking about how important versatile bench players were to SA’s WC win, now we’re back to only wanting specialists? The timing of this turn is pretty odd when you consider that some of the best players on the pitch in the SA/Ireland match were Osbourne (a centre playing out of position at 15), Feinberg-Mngomezulu (a fly-half/centre playing out of position at 15), and Frawley (a utility back). Having specialists across the backline is great, but its not always necessary. Personally I think Frawley is unlikely to displace Crowley as first choice 10, but his ability to play 12 and 15 means he’s pretty much guaranteed to hold down a spot on the bench, and should get a decent amount of minutes either at the end of games or starting when there are injuries. I think Willemse is in a similar boat. Feinberg-Mngomezulu possibly could become a regular starter at 10 for the Springboks, but he might not, given he’d have to displace Libbok and Pollard. I think its best not to put all your eggs in one basket - Osbourne played so well at the weekend that he will hopefully be trusted with the 15 shirt for the autumn at least, but if things hadn’t gone well for him he could have bided his time until an opportunity opened up at centre. Similarly Feinberg-Mngomezulu is likely to get a few opportunities at 15 in the coming months due to le Roux’s age and Willemse’s injury, but given SA don’t have a single centre aged under 30 its likely that opportunities could also open up at 12 if he keeps playing there for Stormers. None of this will discount him from being given gametime at 10 - in the last RWC cycle Rassie gave a start at 10 to Frans Steyn, and even gave de Klerk minutes there off the bench - but it will give him far more opportunities for first team rugby.

5 Go to comments
FEATURE
FEATURE Holistic Olympic ambitions for Team GB’s captain Emma Uren Holistic Olympic ambitions for Team GB’s captain Emma Uren
Search